Introduction aux humanités numériques au Centre Marc Bloch, première partie

Les 23 et 24 avril se tient au Centre Marc Bloch un tour d’horizon des corpus, outils, infrastructures et expériences dans le domaine des humanités numériques, destiné à permettre aux personnels du Centre de développer un pôle thématique axé sur les humanités numériques, comme l’expliquait le directeur Patrice Veit dans son introduction d’hier. Également ouvert aux chercheurs plus largement intéressés par le sujet, le workshop est aussi l’occasion de concrétiser la coopération franco-allemande dans le domaine des humanités numériques, qui bénéficie à Berlin d’un environnement favorable, pour ne pas dire idéal.

Après une présentation des services proposés par le TGE Adonis (bientôt TGIR huma_num) par Sophie David et du rôle de DARIAH par Laurent Romary, l’après-midi d’hier a été consacrée à la présentation d’études de trois cas (l’atlas e-diaspora, un travail de collecte et d’interprétation d’information réalisé à partir de commentaires sur des pages de bilan politique réalisées par des mairies du nord de la France en 2008 et une analyse de l’impact sur l’urbanisme chinois de mobilisation en ligne autour de questions politique). Ces trois projets ont en commun de traiter de données en ligne par le biais de méthodes numériques, ce qui a conduit Camille Roth, dans la séance de conclusion, à parler d' »humanités du numérique ». Les questions posées par les chercheurs du Centre Marc Bloch au fil de l’après-midi ont montré que l’exercice portait ses fruits, puisqu’un certain nombre d’entre elles commençaient par « Si je voulais utiliser cet outil, comment devrais-je m’y prendre, à qui dois-je m’adresser, ai-je besoin de l’aide d’un technicien… »?

La discussion-résumé de la fin de journée est revenue plus en profondeur sur les aspects méthodologiques. Le premier constat a été celui d’une porosité de ces outils entre eux, qui apparaissent comme des briques qu’il est possible de combiner selon les besoins du chercheur. Il a ensuite été question des prémisses épistémologiques sur lesquelles reposent les projets numériques de recherche: bien que souvent implicites, elles conditionnent et la question de recherche et la méthode adoptée et doivent être explicitées en amont du travail numérique de recherche. Elles vont de pair avec un travail sociologique de définition des formes de socialisation qui émergent avec les nouveaux médias, dans le cas des projets décrits durant cette première demi-journée. La deuxième journée mettra en évidence, j’espère, le fait que le travail épistémologique a lieu également en amont du projet, les méthodes et les résultats obtenus appelant un travail de reconceptualisation au fil des différents projets.


2 réflexions au sujet de « Introduction aux humanités numériques au Centre Marc Bloch, première partie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *