Métrique et vers libre: approche interdisciplinaire d’une forme poétique

Un nouveau projet de recherche, fort philologeeky! Je suis très reconnaissante au Fonds National Suisse, qui a bien voulu m’accorder une prestigieuse bourse Marie Heim-Vögtlin pour deux ans de recherche postdoctorale sur ce sujet. Je suis intégrée à l’excellente équipe de l’Université de Bâle.

Résumé:
D’emblée, le vers libre semble une contradiction dans les termes. Caractéristique de la poésie moderne, la forme serait vers, entité métrique réglée, et libre, échappant aux règles de la versification. Au contraire du vers dit régulier, dont les règles formalisées constituent un horizon d’attente tangible, le vers libre nous échappe dans sa spécificité métrique. Mais lui fait-elle réellement défaut ? Deux obstacles ont principalement empêché de poser la question : à mesure que la forme s’est imposée, le paradoxe de son nom s’est banalisé, et sa diversité s’est confirmée. Pourtant, le vers libre a émergé en opposition et en référence au vers traditionnel. Volontairement ou non, entre échos et évitements, les poètes laissent ressurgir dans cette forme libérée des règles anciennes des éléments de régularité métrique, une langue et des rythmes gardant mémoire du vers traditionnel. Et les vers libres s’écrivent aussi en gardant mémoire d’eux-mêmes, avec des effets de standardisation. La connaissance précise de tels traits récurrents serait cruciale pour l’interprétation des textes poétiques, où la forme et la construction du sens sont étroitement mêlées. Je propose donc de réexaminer la charge normative associée au mot vers, d’une part en recherchant des constantes structurelles pouvant fonctionner, dans l’horizon d’attente du lecteur, sinon comme des lois collectives régissant la composition du vers libre, du moins comme des règles du jeu dans l’horizon d’attente du lecteur, d’autre part en distinguant plusieurs canons possibles pour le vers libre. Utilisant un corpus de textes numérisés mis à disposition par le laboratoire ATILF-CNRS de Nancy, j’extrairai et analyserai des données méta-textuelles et linguistiques, qui rejoindront la plateforme KNORA du DHLab, en collaboration avec le Prof. Rosenthaler : elles seront ainsi accessibles à la communauté scientifique. Et l’ensemble du projet sera mené au sein de l’équipe du poéticien Hugues Marchal, car c’est en croisant mon analyse statistique d’un large corpus, dans une perspective interdisciplinaire, à la poétique et à l’histoire littéraire, que j’obtiendrai une vue synoptique capable d’étayer la définition du vers libre et son interprétation, tout en renouvelant les travaux existants sur le vers libre et sur les échanges entre sens et métrique.

Conditions de recherche et Digital Humanities : quelles perspectives pour les jeunes chercheurs ? – Appel à contributions

Les 10 et 11 juin prochains, l’Institut historique allemand à Paris organisera avec L.I.S.A. – das Wissenschaftsportal der Gerda Henkel Stiftung et avec l’aide du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) la cinquième édition de son colloque annuel sur les Digital Humanities. La rencontre entre chercheurs européens sera consacrée cette année aux renouvellement des conditions de la recherche. Après une introduction du colloque par Christian Jacob, quatre tables-rondes seront consacrées a la culture numérique, la formation des chercheurs, l’évaluation de la recherche et les modes de financement :

–       Formes numériques de notre culture scientifique : ce que changent les Digital Humanities (avec Edward Vanhoutte, Dominique Boullier et Arianna Ciula)

–       Questions de formation : quelles nouvelles compétences sont nécessaires ? (avec Malte Rehbein et Jean-Michel Salaün)

–       Assurer la qualité et évaluer la recherche (avec Milena Žic-Fuchs et Denise Pumain)

–       Carrières, financements et reconnaissance académique (avec Claudine Moulin et Pascal Arnaud)

Les organisateurs proposent à l’ensemble de la communauté scientifique de participer collectivement et publiquement à la préparation du colloque en produisant des contributions sur chacun de ces sujets : les contributions peuvent prendre la forme de textes collectifs rédigés sur des pad ou des wikis, de billets de blogs ou de carnets de recherche, de sélections de ressources valorisées au sein de groupes Zotero, Diigo, de pages Scoop it ou Storify, des médias audio-visuelles, des dessins, podcasts, films etc. Tous les moyens du web peuvent être mobilisés pour élaborer une discussion collective. La seule condition pour contribuer est de produire une ressource publique, marquée par le tag “#dhiha5” et signalée en commentaire sur le blog du colloque : http://dhiha.hypotheses.org/. Il est aussi possible d’envoyer sa contribution aux organisateurs (contacts ci-dessous) pour en demander la publication directement sur ce même blog.

L’ensemble des contributions sera synthétisée et restitués in situ au cours de chacune des tables-rondes par un groupe de chercheurs franco-allemand. On demandera aux autres intervenants de réagir aux contributions. Les contributions amendées et discutées formeront la base d’un manifeste qui sera rédigé collectivement en fin de colloque.

A vos claviers ! Et que la conversation scientifique commence dès maintenant.

Mareike König (mkoenig [at] dhi-paris.fr)

Pierre Mounier (pierre.mounier[at] ehess.fr)

Georgios Chatzoudis (chatzoudis[at]gerda-henkel-stiftung.de)

______________

Voir aussi: Jeunes chercheurs et Digital Humanities – annonce d’un colloque en 2013, in: Digital Humanities à l’IHA, 01/06/2012, http://dhiha.hypotheses.org/593.

#dhiha5 = 5e colloque digital humanities à l’iha

________

Introduction aux humanités numériques au Centre Marc Bloch, suite et fin

Ce billet fait suite à celui d’hier.

La journée d’aujourd’hui a été très remplie et je ne reviendrai pas en détail sur les contenu des diverses interventions, pour lequel vous pouvez consulter sur twitter le hashtag #dhcmb, et sur le site du CMB le programme de la journée. En ce qui concerne ma présentation, vous pouvez la télécharger ici (prezi).

Je voudrais plutôt souligner quelques points qui me semblent particulièrement intéressants. Tout d’abord, la question de la définition des humanités numériques, qui est toujours une pierre d’achopement. Est-ce que les questions liées aux moyens de diffusion, aux infrastructures numériques de recherche, ont vraiment à voir avec les humanités numériques? Qu’est-ce qui relie, même, les travaux sur des petites quantités de données du type de mon édition numérique avec des travaux de type « big data » brassant des quantités d’informations tellement énormes que peu importe l’éventuel bruit? Est-ce que le passage par le medium internet suffit à lui seul à définir une méthode, voire même un champ disciplinaire? Ces grandes interrogations existentielles de la communauté des humanités numériques ont d’ailleurs été formulées non pas par les intervenants mais par les novices. Aucun moyen de se voiler la face, donc…

Deuxième point: il a beaucoup été question d’intéropérabilité, et c’est la beauté de ce genre de rencontres que de ne pas la laisser rester un gros mot, mais de lui faire prendre un contour précis. Si je prends ton logiciel et que je le branche sur mon corpus, ca me permettrait d’obtenir des analyses passionnantes que je rêve de faire depuis longtemps. Par l’exemple, il a ainsi été possible de faire comprendre de manière relativement intuitive le sens de la lutte pour les standards ouverts. Inversement, je trouve qu’il a trop peu été question des métadonnées et qu’il aurait fallu être plus pédagogique sur ce sujet. Qu’est-ce qu’une métadonnée, mais aussi qu’est-ce qu’un mot-clef: autant de points cruciaux pour comprendre ne serait-ce que comment fonctionnent les analyses quantitatives.

Et le franco-allemand dans tout ca? Oui, bien sûr, il y a les projets où l’Allemagne et la France se rejoignent thématiquement, mais ce n’est pas tellement ca qui importe en l’occurrence. Ni d’ailleurs un rapprochement dans le mode de fonctionnement de l’infrastructure, qui semble dans l’immédiat impossible. Non, ce que les humanités numériques ont de franco-allemand, c’est, pour moi, après ces deux jours, un élan vraiment commun, dont il reste à espérer qu’il ne restera pas lettre morte.

Introduction aux humanités numériques au Centre Marc Bloch, première partie

Les 23 et 24 avril se tient au Centre Marc Bloch un tour d’horizon des corpus, outils, infrastructures et expériences dans le domaine des humanités numériques, destiné à permettre aux personnels du Centre de développer un pôle thématique axé sur les humanités numériques, comme l’expliquait le directeur Patrice Veit dans son introduction d’hier. Également ouvert aux chercheurs plus largement intéressés par le sujet, le workshop est aussi l’occasion de concrétiser la coopération franco-allemande dans le domaine des humanités numériques, qui bénéficie à Berlin d’un environnement favorable, pour ne pas dire idéal.

Après une présentation des services proposés par le TGE Adonis (bientôt TGIR huma_num) par Sophie David et du rôle de DARIAH par Laurent Romary, l’après-midi d’hier a été consacrée à la présentation d’études de trois cas (l’atlas e-diaspora, un travail de collecte et d’interprétation d’information réalisé à partir de commentaires sur des pages de bilan politique réalisées par des mairies du nord de la France en 2008 et une analyse de l’impact sur l’urbanisme chinois de mobilisation en ligne autour de questions politique). Ces trois projets ont en commun de traiter de données en ligne par le biais de méthodes numériques, ce qui a conduit Camille Roth, dans la séance de conclusion, à parler d' »humanités du numérique ». Les questions posées par les chercheurs du Centre Marc Bloch au fil de l’après-midi ont montré que l’exercice portait ses fruits, puisqu’un certain nombre d’entre elles commençaient par « Si je voulais utiliser cet outil, comment devrais-je m’y prendre, à qui dois-je m’adresser, ai-je besoin de l’aide d’un technicien… »?

La discussion-résumé de la fin de journée est revenue plus en profondeur sur les aspects méthodologiques. Le premier constat a été celui d’une porosité de ces outils entre eux, qui apparaissent comme des briques qu’il est possible de combiner selon les besoins du chercheur. Il a ensuite été question des prémisses épistémologiques sur lesquelles reposent les projets numériques de recherche: bien que souvent implicites, elles conditionnent et la question de recherche et la méthode adoptée et doivent être explicitées en amont du travail numérique de recherche. Elles vont de pair avec un travail sociologique de définition des formes de socialisation qui émergent avec les nouveaux médias, dans le cas des projets décrits durant cette première demi-journée. La deuxième journée mettra en évidence, j’espère, le fait que le travail épistémologique a lieu également en amont du projet, les méthodes et les résultats obtenus appelant un travail de reconceptualisation au fil des différents projets.

Du manuscrit à l’archive numérique. Editer l’oeuvre d’Emile Zola

22 mars 2013
Université Sorbonne nouvelle Paris 3
Maison de la recherche
4 rue des Irlandais
75005 Paris

Journée d’étude : Du manuscrit à l’archive numérique. Editer l’oeuvre d’Emile Zola

Matinée (9 h 30 – 12 h 30) : « Genèses et éditions » (modérateur : Henri Mitterand)

Olivier Lumbroso (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3) : « Pour une génétique culturelle »

Colette Becker (Université Paris-Ouest Nanterre La Défense) : « Éditer les dossiers préparatoires. Histoire d’une édition »

Alain Pagès (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3) : « Éditer les lettres de Zola à Alexandrine »

Céline Grenaud-Tostain (Université d’Évry-Val d’Essonne / ITEM) : « L’affaire Dreyfus dans les lettres à Alexandrine »

Après-midi (14 h 30 – 17 h) : « Sites littéraires » (modérateur : Alain Pagès)

Jean-Sébastien Macke (Équipe Zola, Paris 3 / ITEM) : « L’iconothèque du site ArchiZ »

Yvan Leclerc (Université de Rouen) : « Flaubert tout numérique : sites Flaubert, Madame Bovary, Bouvard et Pécuchet »

Cécile Meynard et Thomas Lebarbé (Université Stendhal – Grenoble 3) : « Peut-on donner à lire des manuscrits en ligne ? »

Conclusion : table ronde finale.

Source : http://www.item.ens.fr/index.php?id=578784

Workshop „Wissenschaftliches Bloggen in Deutschland: Geschichte, Perspektiven, praktische Umsetzung“

Workshop „Wissenschaftliches Bloggen in Deutschland: Geschichte, Perspektiven, praktische Umsetzung“

Termin: Donnerstag, 11.4.2013, 10:00-16:30 Uhr
Ort: Universität Würzburg, Campus Am Hubland, Philosophie-Gebäude, Übungsraum 16

Wissenschaftliches Bloggen ist eine neue Form der fachwissenschaftlichen Kommunikation, die sich die Möglichkeiten des Internets für eine schnelle und interaktive Publikation zu Nutze macht. Wissen­schaftliche Blogs bieten die Möglichkeit, laufende individuelle Forschungsprojekte, die Arbeit eines Projektteams, aber auch eine Lehrveranstaltung oder Konferenz kollaborativ und im Verlauf zu begleiten. Dabei kann man auf aktuelle Entwicklungen verweisen, kleinere Vorabergebnisse zur Diskussion stellen oder allgemein die Sichtbarkeit der eigenen Arbeit erhöhen. Gerade Nachwuchs­wissenschaftlern bietet das Bloggen die Möglichkeit, Projekte bereits in einem frühen Stadium öffentlich zu machen und mit erfahrenen Wissenschaftlern in Austausch zu treten.

Der Workshop ist zeitlich und inhaltlich in zwei Blöcke untergliedert: Im ersten Teil soll das Phänomen des wissenschaftlichen Bloggens aus konzeptioneller und wissenschaftlicher Sicht betrachtet werden. Dabei werden insbesondere Themen wie die Anerkennungsproblematik oder der Zeitaufwand diskutiert. Im zweiten Teil wird die praktische Umsetzung eines Blogprojekts mit Hilfe von de.hypotheses.org, einer Plattform für geisteswissenschaftliche Blogs, durch eine Demonstration der konkreten Funktionalitäten dieses geisteswissenschaftlichen Blogportals vermittelt. Für beide Teile konnten wir erfahrene und anerkannte Experten gewinnen.

Der Workshop wendet sich an fortgeschrittene Studierende und insbesondere an Doktoranden und Habilitanden aus allen Bereichen der Geisteswissenschaften, die Interesse daran haben, neue Formen des wissenschaftlichen Schreibens und Kommunizierens kennenzulernen. Ein konkretes Blog-Vorhaben ist nicht notwendig, auch spezielle Computerkenntnisse sind keine Voraussetzung. Die Teilnahme an dem Workshop ist kostenfrei, für Getränke ist gesorgt.

Der Workshop wird von Christof Schöch und Katrin Betz (Lehrstuhl für Computerphilologie, Institut für deutsche Philologie) organisiert und vom Universitätsbund der Universität Würzburg gefördert. Um Anmeldung per Email an Christof Schöch (christof.schoech@uni-wuerzburg.de) wird bis zum 2. April 2013 gebeten. Bitte geben Sie dabei auch eine Email-Adresse an, mit der wir für Sie einen Test-Account für die Plattform einrichten können. Gerne können Sie sich auch mit Rückfragen an uns wenden (Email siehe oben).

Aktuelle Informationen unter http://kurzlink.de/bloggen.

Programm (Donnerstag, 11. April)

10:00 – 10:30 Begrüßung und Einführung

10:30 – 11:00 Dr. Anne Baillot (Berlin, http://digitalintellectuals.hypotheses.org)

11:00 – 11:30 Sabine Scherz (München, http://games.hypotheses.org)

11:30 – 12:00 Dr. Christof Schöch (Würzburg, http://dragonfly.hypotheses.org).

12:00 – 13:30 Mittagspause und gemeinsames Essen in der Mensa

13:30 – 14:15 Prof. Dr. Martin Haase (Bamberg, http://neusprech.org)

14:15 – 16:00 Praktische Einführung in das Bloggen mit de.hypotheses.org – Dr. des Sebastian Gießmann (Darmstadt, http://www.sebastiangiessmann.de/) mit Christof Schöch

16:00-16:30 Abschlussdiskussion

Zotero ist super! – API und Zitierstile

Im Rahmen meiner Arbeit für DARIAH-DE bin ich zur Zeit  an der Integration unserer Bibliographie über Digital Humanities in die neue Version der DARIAH-DE-Webseite beteiligt. Die eigentliche Bibliographie wird auf Zotero erstellt, und die bibliographischen Angaben zu den einzelnen thematischen Sammlungen werden dann dynamisch in die DARIAH-DE-Webseite eingebunden. Das geht sehr schick über die Zotero-API und erlaubt auch eine recht ansehnliche Formatierung der einzelnen Einträge.

Das allein ist schon toll, aber jetzt kommt es: Beim Testen ist mir aufgefallen, dass Zotero offenbar standardmäßig die Titel in Majuskeln formatiert, also zum Beispiel « Literary Studies in the Digital Age », und das eben auch wenn das im eigentlichen Zotero-Eintrag nicht so ist. (Alle Beispiele kommen aus der « Introductions to DH »-Sammlung). Dabei werden nun aber nicht alle Wörter in Majuskeln formatiert, sondern nur die Inhaltswörter. Dann fiel mir auf, dass das natürlich auch schief gehen kann: « Was Ist Computerphilologie? » oder Digitale Arbeitstechniken Für Die Geistes- Und Kulturwissenschaften sieht schon nicht mehr so toll aus.

Aber die Lösung ist verblüffend und, franchement, beeindruckend: Wie man an dem ersten Beispiel sehen kann, gibt es offenbar eine Liste von « Stopwords », auf die die Majuskel-Formatierung nicht angewendet wird; diese Liste enthält standardmäßig klassische englische Funktionswörter, also eben « in » oder « the ». Gibt man nun aber in den Metadaten zu einem bestimmten Eintrag auch die Sprache an, bspw. « de » oder « fr », dann wechselt Zotero offensichtlich die Stopword-Liste und formatiert nun korrekt « Computer und Philologie in Vergangenheit, Gegenwart und Zukunft ». Cool, oder?

 

Centres et périphéries (DH Berlin)

C’est un cliché connu: la France, jacobine, centralise; l’Allemagne, fédérale, délègue. Les décisions et les budgets sont structurés différemment. Il n’y a pas un centre et sa périphérie, mais des centres et leurs périphéries, qui souvent frayent avec champs et vaches. Et Berlin? La relation d’amour-haine des Allemands pour leur capitale est difficile à faire  saisir aux Francais, tant elle n’a rien à voir avec celle qui les relie à Paris.

Berlin a tout en double -théâtres, opéras, bibliothèques -, attire les jeunes plus que les investisseurs, et aura besoin de plusieurs années supplémentaires pour se doter d’un gros aéroport international. C’est une ville n’en finit pas de monter et de ne pas arriver en haut, un centre excentré, un mammouth dégraissé qui vit au rythme des coupes budgétaires. Du moins est-ce ainsi que je ressens la ville où je vis maintenant depuis plus de 10 ans.

Cette sensation d’être assis sur une fusée prête à démarrer, mais pour laquelle personne n’a  vraiment assez de caburant, a une contrepartie positive: une solidarité considérable. Cela ne fait pas partie des moeurs locales de tirer la couverture à soi, mais plutôt que chacun essaye de faire en sorte que la couverture soit le plus grande possible pour couvrir le plus de surface et d’institutions possible. Il en va peut-être différemment à d’autres niveaux décisionnels que ceux où j’évolue. Mais le fait est qu’à mon niveau, les gens sont prêts à déployer une énergie considérable pour travailler ensemble de manière constructive.

Cette attitude, que j’ai rencontrée dès mes premières années à Berlin, s’est trouvée décuplée à mesure que la masse de mes partenaires de travail est devenue majoritairement rattachée au mondes des humanités numériques. Cela tient très certainement à la nature même des humanités numériques, qui par définition rapprochent des disciplines qui, sinon, peuvent fort bien vivre en s’ignorant. Cela tient aussi à cette situation berlinoise, dans laquelle aucune institution n’est en mesure de tout prendre en charge, mais où les contributions de chaque institution, mises ensemble, peuvent permettre de constituer quelque chose de visible et cohérent, chacun apportant sa pierre à l’édifice.

S’ajoutent à cela tous les problèmes bien connus des humanistes numériques: devoir constater que chaque nouveau projet qui se monte doit, d’une manière ou d’une autre, repasser dans les traces du précédent, poser les mêmes questions aux mêmes personnes, achopper aux mêmes difficultés techniques ou institutionnelles, pour constater que la roue a déjà été réinventée trois fois; manquer de solutions viables sur des questions comme l’archivage à long terme ou l’interopérabilité des données.

Que faire de tout cela? Un groupe de réflexion et de proposition s’est constitué, composé de post-docs (utilisons cette catégorie pour aller vite) issus de l’Université Humboldt, de l’Université Libre, de la Bibliothèque d’État, du Patrimoine Culturel Prussien, de l’Institut Max Planck d’Histoire des Sciences, de l’Institut Archéologique Allemand et du Centre Marc Bloch (ainsi que de quelques personnes ayant des liens étroits avec l’Académie des Sciences). DH-Berlin existait précédemment sous la forme d’une soirée mensuelle commune passée dans un bar-restaurant et a maintenant des activités un peu plus formalisées et régulières. L’idée de départ est d’offrir aux projets DH qui se montent à Berlin (et en périphérie…) un contact, lui-même relié à un réseau d’expertise. Parallèlement à ce travail de structuration de la recherche en humanités numériques (dans ses rapports aux institutions comme les bibliothèques, archives et musées, qui jouent un rôle important dans la configuration berlinoise), il s’agit de réfléchir à des recommandations de bonnes pratiques sur les points infrastructurels et méthodologiques partagés par l’ensemble des humanistes numériques, qu’ils viennent du monde du texte ou du monde de l’objet.

Il y aura rapidement une page web de présentation du projet (dont j’indiquerai les coordonnées sur ce blog). Nous sommes en attente de réponse concernant une demande de financement déposée à la fondation Einstein, mais avons d’ores et déjà le soutien financier de l’INRIA et du Centre Marc Bloch pour l’organisation d’un premier workshop fin juin, consacré aux questions des « Centres de compétence en humanités numériques en Allemagne » (comment ils sont nés, quelles sont leurs missions, comment ils fonctionnent localement et moins localement). Les humanités numériques berlinoises sont décidément francophiles – espérons que les liens avec les humanités numériques francaises sauront se tisser solidement!

 

Chantiers des Lumières : L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert à l’âge de la numérisation

Chantiers des Lumières : L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert à l’âge de la numérisation

Colloque international, Paris VII-Denis Diderot, 28-29 mars 2013, 9h30-17h30
Lettres et sciences humaines, sciences et humanités numériques
Amphi Buffon, 15 rue Hélène Brion, 75013 Paris

Organisateurs : Pierre Chartier et Florence Lotterie (Université Paris VII – Denis Diderot, UFR LAC, CERILAC). Partenaires co-organisateurs : Université Paris-Ouest – Nanterre (Marie Leca-Tsiomis), Université de Chicago (Robert Morrissey)

Argumentaire scientifique

Les éditeurs de l’Encyclopédie, à la fois somme des savoirs et projet philosophique, entendaient, comme le disait Diderot, « changer la façon commune de penser ». Que savons-nous aujourd’hui de cette mémorable entreprise d’édition des Lumières ? Qu’en faisons-nous ?

Ce n’est que dans la seconde moitié du 20e siècle que sont apparues les premières grandes études montrant la richesse et l’importance de l’Encyclopédie, dont la connaissance avait été jusque-là souvent confinée à des extraits ou aux textes d’escorte. « Il faut entrer dans la forteresse ! » avait écrit Jacques Proust en 1970.

De nombreux travaux sur le Dictionnaire raisonné des arts, des sciences et des métiers se sont alors développés conjointement avec ceux consacrés à l’histoire du livre et de la diffusion, l’histoire des sciences, des réseaux savants, des dictionnaires, etc. En 2000, un colloque international organisé à Paris par la Société Diderot, et intitulé « L’Encyclopédie en ses nouveaux atours électroniques : vices et vertus du virtuel », a permis de faire le point sur les premières numérisations du Dictionnaire raisonné.

Où en sommes-nous donc aujourd’hui des études sur l’Encyclopédie ? Où en est la numérisation de l’équipe ARTFL, dirigée par Robert Morrissey ? Quelles corrections ont- elles été apportées ? Quelles innovations ont-elles été conçues, et dans quel esprit ? Comment les recherches peuvent-elles être articulées, mises en valeur, voire facilitées par la conception d’outils qui exploitent les possibilités nouvelles permises par le numérique ? De nouvelles démarches de recherche se dessinent-elles et, avec elles, de nouvelles pistes pour l’histoire culturelle et intellectuelle des Lumières ?

Le colloque offrira ainsi l’occasion de situer ce retour sur l’Encyclopédie dans une interrogation sur la dynamique actuelle de la numérisation des textes anciens et modernes ainsi que les bases de données qui leur sont consacrées, et de questionner les problématiques des « humanités numériques » (« digital humanities ») dans les rapports que leur désignation même entend maintenir (ou créer ?) avec les cadres intellectuels et épistémologiques de la recherche en sciences humaines : choix des corpus, transparence de ces choix, profits pour le chercheur et pour le simple lecteur, distance critique procurée à l’utilisateur face à ces nouveaux outils, etc.

Le questionnement attendu implique naturellement la (re)prise en charge de l’Encyclopédie dans sa version imprimée originale. La confrontation du numérique à l’imprimé du point de vue des « humanités » nourrira aussi la réflexion générale sur les modalités, les visées et l’avenir possible de l’écriture et de la lecture du savoir encyclopédique.

Chacune des deux journées comportera une présentation d’un objet ou projet numérique de l’Encyclopédie, à partir desquels la discussion pourra s’engager, et des contributions qui s’y articuleront, soit par inscription directe dans le débat sur la numérisation et ses attendus, soit par confrontation aux objets de la recherche impliquant le support « papier » et les diverses perspectives disciplinaires qui s’y rattachent (histoire des idées, histoire du livre, histoire intellectuelle de la forme-dictionnaire, etc.)

Programmation

  • Ouverture par la vice-présidence Vie culturelle Université dans la ville.
  • Milad Doueihi (Université Laval, Québec, histoire et cultures numériques) : « Tâtonnements encyclopédiques à l’ère numérique » (conférence inaugurale)
  • Wilda Anderson (Johns Hopkins University, chimie) : « Que veut dire ‘lire autrement’ ? »
  • Nicholas Cronk (Voltaire Foundation, Oxford, littérature) : « Les usages de l’outil ARTLF : l’exemple des Questions sur l’Encyclopédie de Voltaire »
  • Luigi Delia (IRPhil – Université Lyon 3, LABEX COMOD, philosophie) : « De Felice et le Code de l’Humanité (1778). Un dictionnaire des droits de l’homme ? »
  • Olivier Ferret (Lyon 2, UMR LIRE, littérature) et Alexandre Guilbaud (UPMC, IMJ, mathématiques et histoire des sciences) : « Présentation et démonstration d’un outil permettant de visualiser des processus de genèse de textes (ORIGAMI) » et « Proposition d’un outil d’édition électronique, critique et commentée de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert »
  • Martine Groult (CNRS, Centre Jean Pépin, philosophie) : « L’édition électronique et la classification du savoir : état des lieux et nouvelle ouverture pour les recherches futures »
  • Tatsuo Hemmi (Université de Niigata, Japon, littérature) : « Diderot et James : l’Histoire à l’épreuve »
  • Takeshi Koseki (Hitotsubashi University, Japon) : « Des récits de voyages au dictionnaire encyclopédique : quelques remarques sur le Recueil d’observations curieuses (1749) de Claude-François Lambert »
  • Marie Leca (Université Paris-Ouest Nanterre, littérature et histoire des idées) : « L’Encyclopédie, observatoire du travail intellectuel au XVIIIe siècle »
  • Robert Morrissey (Benjamin Franklin Professor, littérature), Mark Olsen (histoire), Glenn Roe (Digital humanities), Clovis Gladstone : équipe ARTFL, Université de Chicago : « L’Encyclopédie électronique ARTFL: une édition vivante » (http://encyclopedie.uchicago.edu/)
  • Irène Passeron (CNRS, IMJ, mathématiques et histoire des sciences) : « La question des classifications dans L’Encyclopédie »
  • Philippe Roger (DR, EHESS, littérature) : « Déliaisons dangereuses »
  • Céline Spector (PU, Université Bordeaux 3, philosophie) : « Jaucourt dans l’Encyclopédie »
  • Joanna Stalnaker (Colombia University, New York, littérature et histoire des idées) : « La question de la physiologie dans l’Encyclopédie : le corps »
  • Yoichi Sumi (Université Keio de Tokyo, Japon, littérature et histoire des idées) : « Chantiers italiens des Lumières : quelques remarques sur les Encyclopédies toscanes ».

Une présentation grand public de l’outil ARTFL de Chicago se donnera à Langres le 30 mars.

29 mars, amphi Vilgrain, Paris VII, site Grands Moulins, 18h30: « Diderot, bande sonore : autour de La Religieuse ». Spectacle de lecture avec accompagnement musical par ensemble baroque, ouvert au public. En partenariat avec GF-Flammarion.

Pour toute information, s’adresser à Pierre Chartier (chartierpierre@neuf.fr) ou à Florence Lotterie (florence.lotterie@univ-paris-diderot.fr)

Patronages : Société Diderot, Société française d’étude du XVIIIe siècle, GF-Flammarion (spectacle)

Stilometrie, oder: vom Experiment zur Horizonterweiterung

(An English version of this post appears over at The Dragonfly’s Gaze.)

Letzte Woche hatte ich Gelegenheit, beim Göttinger philologischen Forum vom aktuellen Stand meiner « Stilometrischen Experimente » zu berichten, die sich in letzter Zeit vor allem um das Verhältnis von Autorschaft und Gattungszugehörigkeit im französischen Theater der Klassik gedreht haben. Ohne hier jetzt auf Details eingehen zu wollen, möchte ich doch einige Punkte aus dem Fazit hier einmal aufgreifen, das ich etwas ambitioniert als « Überlegungen zur Philologie im digitalen Zeitalter » betitelt hatte.

Das eigentliche Fazit fiel kurz aus, nämlich mit dem Hinweis, dass meine bisherigen stylometrischen Experimente zwar bisher keine Lösung der Molière/Corneille-Kontroverse ergeben haben und man kann sich sogar fragen kann, ob eine solche Lösung in diesem vertrakten Fall überhaupt möglich ist. Zugleich scheint mir sicher, dass eine Lösung dieses Falls kaum möglich ist, wenn es nicht gelingt, die Signale von Autorschaft und Gattungszugehörigkeit voneinander zu trennen, wobei sicherlich auch die Unterscheidung der Prosa- bzw. Versform zudem eine Rolle spielen wird. Mit den mir derzeit bekannten stilometrischen Methoden scheint das Problem unentscheidbar. Allerdings sind gerade mehrere Publikationen, von Maciej Eder, Matthew Jockers und Mike Kestemont im Erscheinen, die hier jeweils interessante methodische Ansätze vorschlagen.

Über den konkreten Fall und das konkrete methodische und theoretische Problem hinaus werfen die stylometrische Verfahren der Textklassifikation aber auch einige grundsätzlichen Fragen auf, die im weiteren Kontext der « Digitalisierung » unserer Methoden als Philologen zu sehen sind. Drei dieser Fragen möchte ich abschließend kurz anreißen.

Erstens die Frage nach der Relevanz stylometrischer Methoden für die Literaturwissenschaft. Für die Gattungstheorie wäre es sicherlich interessant herauszufinden, welche textuellen Merkmale auf der Mikroebene für die stilometrische Einordnung der Gattungszugehörigkeit von Texten verantwortlich sind. Allerdings sollte man sich hier keine allzu großen Hoffnungen auf geisteswissenschaftliche Nachvollziehbarkeit oder Rückbindbarkeit an Lektüreerfahrungen machen, denn die Stärke der Stilometrie liegt ja gerade darin, sehr viele teils minimale Frequenzabweichungen kumuliert zu betrachten. Interessanter scheint mir aber, die Ergebnisse computergestützter Klassifikationsverfahren – insbesondere wenn der Faktor des individuellen Autors ausgeklammert werden könnte -, mit etablierten Gattungs- und insbesondere Untergattungs-Klassifikationen zu vergleichen. Hier wird es dann auch für die Literaturgeschichts-Schreibung interessant: Gerhard Lauer und Fotis Jannidis haben beispielsweise kürzlich bereits festgestellt, dass es um 1800 eine Gruppe weiblicher Autoren gibt, deren Texte von stylometrischen Verfahren nicht mit einer der etablierten Autorengruppen der Zeit assoziiert werden, sondern eine eigene Gruppe bilden, die bisher von der Literaturgeschichte gar nicht als solche wahrgenommen worden ist.

Zweitens die Frage der Transparenz der Verfahren für uns selbst. Solange wir « close reading » betreiben, scheinen wir die Kontrolle darüber zu behalten, wie wir von einer oder mehreren Beobachtungen am Text zu einer Interpretation des Textes kommen, weil wir gewisser Maßen « alles selber machen ». In Wirklichkeit ist der hermeneutische Akt, der komplexe Syntheseleistungen, lange Argumentationsketten und kreative Sinnstiftung zusammenbringt, uns selbst und anderen gegenüber weniger transparent und nachvollziehbar, als uns vielleicht lieb wäre. Doch wärend in der digitalen Philologie vieles formalisiert, expliziert und offengelegt wird, und damit prinzipiell besser nachvollziehbar oder sogar reproduzierbar wird, entstehen doch zugleich ganz neue blinde Flecken: beispielsweise gilt es, die statistischen Verfahren zu durchschauen, die die nicht mehr übersehbaren Datenmengen zusammenfassen und transformieren; oder es gilt, die Mechanismen der Visualisierung zu verstehen, die ebenfalls Trends und Muster in unseren « Textdaten » aufzeigen. Hier sind allerdings, so meine ich, geisteswissenschaftlichen Kernkompetenzen wieder enorm relevant, beispielsweise der Umgang mit Hyperkomplexität, die Fähigkeit zu Syntheseleistungen, oder die Fähigkeit zu selbstkritischer Sinnstiftung.

Drittens möchte ich die Frage der im Kontext der digitalen Philologien notwendigen Kompetenzen aufwerfen, die hier direkt anschließt. Ich bin der durchaus nicht unumstrittenen Meinung, dass wir als « digitale Philologen » nicht zugleich auch vollwertige Programmierer und/oder Statistiker werden müssen. Im Gegenteil scheint mir wesentlich, dass wir unsere disziplinären Stärken und Spezialisierungen in einen Forschungsprozess einbringen sollten, der von kleinen und disziplinär äußerst heterogenen Forschergruppen vorangetrieben wird. Entscheidend wird allerdings sein, das Kommunizieren über die Fächergrenzen hinweg verstärkt zu lernen und zu praktizieren, und dem jeweils anderen immer ein Stück weit entgegen zu kommen. Wenn wir als Geisteswissenschaftler lernen, präzisen Pseudo-Code zu schreiben und eine « working knowledge » von Datenformaten und Programmiersprachen erlernen, ist dem Informatiker sehr geholfen; und wenn der Statistiker Visualisierungen entwickelt, die die entscheidenden Eigenschaften bestimmter Algorithmen veranschaulichen, dann ist uns Philologen sehr geholfen. In jedem Fall gilt hier wiederum, dass wir eine geisteswissenschaftliche Kernkompetenz einbringen können und sollten; nämlich die Fähigkeit, mit Alteritätserfahrungen umzugehen und kommunikative Brücken zu bauen.

Diese (scheinbaren) Paradoxien sind es, die für mich die digitale Philologie so spannend machen: wir brauchen hermeneutische Kompetenzen, um experimentell erhobene Daten zu verstehen; auch und gerade in der formalisierten Welt der Statistik und Informatik ist Platz für mangende Nachvollziehbarkeit und Transparenz; und die mechanisch erscheinenden Kategorisierungen der Stilometrie werfen doch wieder Fragen nach dem historischen und epistemologischen Status der literarischen Gattungen auf. Mein Fazit ist jedenfalls, dass die Digitalisierung keinesfalls den Geist aus den Geisteswissenschaften vertreibt, sondern auf erhellende und überraschende Weise unseren Horizont erweitern und unseren Blick schärfen kann.

Stylometrische Experimente, Funktionen von Komik, und Superheldencomics in Göttingen

Nächste Woche findet beim Göttinger philologischen Forums, das von Berenike Herrmann, Kai Sina und Peer Trilcke organisiert wird, die erste Sitzung des Semesters statt. Ich werde dort über « Stylometrische Experimente. Autorschaft und Gattungszugehörigkeit im französischen Theater der Klassik » sprechen. In diesem Semester wird es zwei weitere Vorträge geben: am 17. Januar 2013 wird Katrin Dennerlein (Bayreuth/Würzburg) über « Erscheinungsweisen und Funktionen von Komik in den Komödien der Hamburger Oper 1678-1738 » sprechen, und am 7. Februar 2013 wird Daniel Stein (Göttingen) über « Serielles Erzählen in Superheldencomics » sprechen.

***

La semaine prochaine, aura lieu la première séance du Göttinger philologisches Forum, organisé par Berenike Herrmann, Kai Sina et Peer Trilcke. J’y parlerai (en allemand) sur le thème suivant : « Expériments stylométriques. Autorité et genre dans le théâtre classique français ». Au cours du semestre, deux autres interventions auront lieu: le 17. janvier 2013, Katrin Dennerlein (Bayreuth/Würzburg) parlera des « Formes et fonctions du comique dans les comédies de l’opéra de Hambourg, 1678-1738 », et le 7 février 2013, Daniel Stein (Göttingen) parlera de la « Narration sérielle dans les bandes dessinés à superhéro ».

 

 

HDR sur « La valeur heuristique de la littérature numérique »

Gerne möchte ich auf die Verteidigung der « Habilitation à diriger les recherches » von Serge Bouchardon hinweisen, zum Thema « Der heuristische Wert der digitalen Literatur ».

This note just to inform you that Serge Bouchardon will defend his « habilitation à diriger les recherches » on the subject of « The heuristic value of digital literature ».

* * *

Bonjour,

J’ai le plaisir de vous inviter à la soutenance de mon Habilitation à diriger les recherches en Sciences de l’information et de la communication.

« La valeur heuristique de la littérature numérique »

Lundi 10 décembre 2012
à 14h au centre Pierre Guillaumat, amphi L103
Université de Technologie de Compiègne
1 rue du docteur Schweitzer – 60200 Compiègne

Composition du jury

Rapporteurs : Sylvie Leleu-Merviel, Professeur en Sciences de l’information et de la communication, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis; Bruno Ollivier, Professeur en Sciences de l’information et de la communication, Université des Antilles et de la Guyane; Emmanuël Souchier, Professeur en Sciences de l’information et de la communication, Université Paris-Sorbonne

Examinateurs : Laurence Monnoyer-Smith, Professeur en Sciences de l’information et de la communication, Université de Technologie de Compiègne; Bruno Bachimont, Enseignant-Chercheur (HDR), Directeur à la Recherche de l’Université de Technologie de Compiègne

Un cocktail suivra la soutenance.

Bien cordialement.
Serge Bouchardon
Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication
Université de Technologie de Compiègne
http://www.utc.fr/~bouchard/

Call for papers: « Gestion informatisée des écritures anciennes », BVH Tours

En partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Archéomatériaux (IRAMAT, Orléans), l’équipe des Bibliothèques Virtuelles Humanistes du Centre d’études supérieures de la Renaissance organise, les 21 et 22 mai 2013, un colloque consacré à la gestion informatisée des écritures anciennes (imprimé, manuscrit, épigraphie, numismatique, etc.). Les problématiques de codage, de balisage, d’affichage des caractères spéciaux seront au coeur des discussions.

Le sujet peut intéresser aussi bien les chercheurs en littérature ou en sciences historiques, que les catalogueurs de livres et objets anciens, les informaticiens, les graphistes  ou les éditeurs de textes.  L’appel à contribution sera clôt le 10 janvier 2013. Vous trouverez l’argumentaire et le texte de l’appel à l’URL suivante (le site est encore en construction) : http://gieca.sciencesconf.org/resource/page/id/1.

Rousseau’s correspondence in space and time – Rousseaus Briefe in Raum und Zeit

English version: The  project rousseauonline.ch has recently received a lot of attention for publishing the complete works of Jean-Jacques Rousseau (17 volumes, 1780-89 edition) online with a CC-BY license. A few days ago, they added a new and very neat feature to the website: based on 400 letters Rousseau wrote between 1732 and 1779, they created a spatio-temporal map of Rousseau’s correspondence. You can focus in on certain places and/or certain timespans, and access the letters directly from the map interface. Very cool! I would like to know what tool is used for the visualization (there is also, for example, the very neat Europeana/DARIAH Geo-Browser), and whether more letters by (and to) Rousseau will be added in the future. The complete announcement, in French, is attached below.

***

Deutsche Fassung: Das Projekt rousseauonline.ch hat kürzlich eine Menge Aufmerksamkeit dafür bekommen, die Gesammelten Werke von Jean-Jacques Rousseau (17 Bände, Ausgabe von 1780-89) online mit einer CC-BY Lizenz zu veröffentlichen. Vor ein paar Tagen hat das Projekt eine neue und sehr schöne Funktion hinzugefügt: auf der Grundlage von 400 Briefen, die Rousseau zwischen 1732 und 1779 geschrieben hat, wurde eine raum-zeitliche Karte von Rousseaus Briefkorrespondenz erstellt. Man kann die Visualisierung räumlich und/oder zeitlich eingrezen und die Briefe direkt von der Karte aus ansteuern und lesen. Sehr schön! Mich würde interessieren, welche Technologie hinter der Visualisierung steht (es gibt ja unter anderem auch den schönen Europeana/DARIAH-Geobrowser), und ob weitere Briefe von (und an!) Rousseau hinzugefügt werden sollen. Die vollständige Pressemitteilung auf Französisch ist hier angehängt.

***

Communiqué complet :

Comme le voulait l’usage, Rousseau avait pour habitude de commencer ses lettres par la mention de la date et du lieu de rédaction. Quelque 300 ans plus tard, grâce à l’extraction systématique de ces informations et leur intégration dans un système d’information géographique (GIS), nous avons le plaisir de vous présenter une nouvelle Carte interactive de la correspondance de Rousseau.

La carte interactive de rousseauonline.chmet à disposition une nouvelle interface pour explorer la correspondance du philosophe. L’utilisateur peut suivre les pérégrinations de Rousseau entre la France, la Suisse et l’Angleterre, sur une période de plus de 40 ans, à travers des centaines de lettres  écrites entre 1732 et 1776.

>Quelques 400 lettres de Rousseau écrites entre 1732 et 1776 et publiées dans la Collection complète sont visibles via cette interface cartographique. Chaque lettre est représentée par un point de couleur, et placée sur une carte à l’endroit correspondant au lieu de sa rédaction. En zoomant sur la carte, la répartition géographique s’affine. Lorsque cela a été possible, les lettres sont placées à l’adresse exacte où a séjourné Rousseau. Les lettres sont également situées sur une échelle chronologique, qui apparaît en bas de l’écran. Les couleurs indiquent la densité de la correspondance, du bleu (moins fréquent) au rouge (très fréquent).

L’utilisateur peut explorer la correspondance de Rousseau soit en se promenant sur la carte, soit en sélectionnant un intervalle ou encore en cliquant sur l’échelle chronologique. Lorsqu’un intervalle chronologique est sélectionné, seules les lettres correspondantes s’affichent sur la carte. Une fois un groupe de lettres sélectionné par l’utilisateur, une liste de résultats apparaît, qui correspond aux critères de recherche. En cliquant sur le titre des lettres, l’utilisateur est renvoyé vers le texte de la lettre correspondante sur rousseauonline.ch, qu’il peut lire ou télécharger.

Seule les lettres écrites par Rousseau et publiées dans la Collection complète des oeuvres sont intégrées dans cette visualisation. Il s’agit donc d’une sélection, dont le point fort correspond aux séjours de Rousseau en Suisse, en Angleterre et à son retour en France (1762-1768).  Les lettres sont classées selon le lieu et la date de rédaction. Dans certains cas, le lieu de rédaction, absent de l’original, a été restitué entre parenthèses sur la base des informations du site http://www.rousseau-chronologie.com/. Lorsque le lieu de rédaction n’a pu être établi, les lettres sont placées en mer à l’ouest de la France.

Pour rappel, rousseauonline.ch donne accès à l’ensemble des œuvres de Jean-Jacques Rousseau dans leur première édition de référence, en 17 volumes, publiée à Genève entre 1780 et 1789. Les textes sont accessibles à la lecture en ligne et disponibles gratuitement au téléchargement en format PDF et en format Epub. rousseauonline.ch publie les œuvres complètes de Rousseau sous licence Creative Commons, qui autorise la copie, le partage et la réutilisation des textes, pour autant que leur source soit citée. Voir le communiqué du lancement de rousseauonline le 10.07.2012.

Enrico Natale
Infoclio.ch

Matinée « Réseaux intellectuels historiques », 9 novembre, ENS Lyon

Le 9 novembre se tiendra à l’ENS Lyon une matinée de réflexion organisée dans le cadre du cours  d’introduction aux Humanités Numériques du Master « Architecture de l’information » et de MuTEC sur le thème des réseaux intellectuels historiques.

Le programme est le suivant:

Anne Baillot: Blind encoding? Les réseaux intellectuels dans l’édition numérique « Lettres et textes. Le Berlin intellectuel autour de 1800 »: réalités de l’encodage et rêves de visualisation.

Je présenterai notre édition, l’architecture des données, les objectifs en termes de visualisation des réseaux intellectuels, et je terminerai sur des considérations plus générales sur les édition numériques  et leurs limites techniques. (finalement, je n’ai pas la place de parler des questions de langue, mais je reviens plus en détail que prévu sur les questions de conceptualisation méthodologique; j’en parle aussi ici)

Élise Leclerc: Des hommes et des textes en réseau: profils de membres du popolo florentin à travers leurs livres de famille (XIV-XVème siècles)

Émilie Charles & Thomas Lebarbé: Le projet BiPrAM: De l’inventaire de bibliothèque privée à la reconstitution de réseaux intellectuels

Résumé: Depuis fin 2010, l’université Stendhal s’est lancée dans le projet BiPrAM (Bibliothèques Privées à l’Âge Moderne), en collaboration avec L’ENSSIB et le SCD Lille 3, afin de mettre en place des outils mais surtout des méthodologies pour la reconstitution virtuelle de bibliothèques privées à l’Âge Moderne. Ce projet a reçu le soutien de la région Rhône-Alpes dans le cadre des AAP CIBLE 2012.

Le projet est le fruit de la rencontre de deux projets pré-existants: d’une part, le projet de reconstitution du catalogue et de la bibliothèque de Vittorio Alfieri, d’autre part le projet « e-collections et collectionneurs » visant à reconstituer des bibliothèques dispersées ou mêlées aujourd’hui à des collections plus importantes. Cette rencontre a permis de rassembler l’ensemble des compétences et connaissances nécessaires à un projet d’une telle envergure : les bibliothèques (I. Westeel, SCD Lille 3), les livres anciens (R. Mouren, ENSSIB), les lettres (C. Del Vento, Paris 3) et l’informatique (T. Lebarbé, U. Stendhal).

L’objectif du projet est ambitieux : constituer un réseau de connaissances complexe incluant: les descriptions de bibliothèques privées, de leurs contenus, des ouvrages survivants et des annotations de lecteurs, et par conséquent des personnes (auteurs, propriétaires, lecteurs, etc.) en relation avec ces objets. Cet objectif est intrinsèquement lié à quatre problématiques que nous évoquerons pendant le séminaire :

1 – la compilation de données existantes, et plus particulièrement les nombreux catalogues des bibliothèques actuelles

2 – l’aide à la conception d’inventaires, en tant que processus éditorial propre à certaines disciplines, et a fortiori les problèmes de littératie numérique

3 – le crowdsourcing scientifique

4 – l’extraction d’hypothèses de travail et notamment de liens d’influence intellectuelle par le biais des bibliothèques reconstituées.

Le projet BiPrAM est un projet à l’état embryonnaire – notre présentation s’appuiera donc principalement sur des hypothèses de travail.

Discutant: Pablo Jensen

Pour toute information, s’adresser à Jean-Philippe Magué!