Le rendez-vous de Leipzig (naissance d’un blog)

Du 19 au 22 septembre 2012 s’est tenu à Leipzig le 8ème congrès des Franco-romanistes allemands, consacré  pour cette édition à la « [R]Évolution des médias ». Le thème choisi était prédestiné à revenir sur le numérique et la part qui lui revient de fait.  La section 7, organisée par Lars Schneider et Christof Schöch, a interrogé plus spécifiquement les évolutions liées aux pratiques numériques dans le champ des études littéraires.

La section s’est ouverte sur des présentations montrant bien à quel point ce n’est pas une unique forme de communication, mais bien l’ensemble des modes d’appréhension de la recherche en sciences humaines (et singulièrement dans le domaine littéraire) qui est concerné par cette évolution. Gudrun Gersmann est revenue sur la pratique du blog scientifique. Si l’on peut, comme elle l’a fait, discuter des avantages et des inconvénients du fait de blogger dans le cadre de recherches littéraires, du moins le constat que cette pratique est en passe de s’établir (même si l’on est encore loin d’une institutionnalisation en forme) est-il irréfutable. La discussion qui s’en est ensuivie – sur twitter, puis dans la salle – a montré (comme cela a également été le cas quelques jours plus tard dans le cadre de la section consacrée au numérique lors du Historikertag à Mainz) que les bloggeurs autant que les plate-formes qui les hébergent – à commencer par hypotheses – consacrent une part importante de leur réflexion à la question de la qualité des contributions et des mécanismes de garantie de cette qualité (rédaction garantissant le sérieux des contenus, attributions des numéros ISSN).

Ce point a également été abordé par Lilian Landes dans sa présentation de la plate-forme de recensions recensio.net, montrant la difficulté d’accorder standards, pratiques, et moyens à disposition. Autant il est évident que les sources d’information scientifique disponibles sur le web sont davantage utilisées, autant il est difficile d’évaluer comment elles le sont. L’exposé de Lilian Landes a bien montré la difficulté à ouvrir le dialogue avec la communauté scientifique, même par le truchement du numérique.

Mais quelle communauté scientifique? Les humanités numériques sont une communauté – en tout cas dans les milieux français et allemands – qui n’a pas encore véritablement pris chair. Nous venons – informaticiens et historiens en tête – avec des objets, des traditions, des exigences bien différents, nous retrouver autour d’outils qui se développent dans toutes sortes de directions. Est-ce que les humanités numériques ont vocation à supplanter des délimitations disciplinaires qui n’ont plus lieu d’être? À réunir lettres françaises et lettres allemandes, par exemple? C’est en tout cas ce que j’ai voulu suggérer dans mon exposé sur les corpus francophones de mon édition numérique, pour l’essentiel germanophone. Mais je reste persuadée qu’il n’y a pas besoin que les objets se recouvrent pour que les méthodes le fassent.

Ce blog, crée à l’initiative des deux organisateurs de la section 7, Lars Schneider et Christof Schöch, permettra (j’espère) d’accompagner la constitution d’une telle communauté – autour d’objets, de méthodes, et surtout, d’une culture du dialogue.

Deutsche Zusammenfassung: Vom 19. zum 22. September 2012 fand in Leipzig der 8. Frankoromanisten-Kongress zum Thema « [R]Evolution der Medien » statt. Im Rahmen der Sektion 7 ging es spezieller um den digitalen Ansatz in der Literaturwissenschaft. Dabei wurde unter anderem die Vielfalt der literaturwissenschaftlichen Kommunikationsmedien (Blog, Rezension, Edition, quantitative Methoden) besprochen. Es wurde auch die Frage nach einer deutsch-französischen Annäherung angesprochen. Aus der Arbeit der Sektion 7 geht dieser Blog hervor, zu dem beide Sektionsleiter und zwei Vortragende beitragen.

English summary: The franco-romanist congress that took place in Leipzig from Sept. 19th to 22nd 2012 dealt with « [R]Evolution of media ». Section 7, organized and conducted by Lars Schneider and Christof Schöch, shed light on the digital evolution of literary studies. Several papers of the section showed that a wide range of scholarly ways of communication have been modified by the digital access to information (blogging, reviewing, editing). The importance of a German-French cooperation on literary objects and methods emerged as well, which also gave the impulse to the creation of this blog.