Conditions de recherche et Digital Humanities : quelles perspectives pour les jeunes chercheurs ? – Appel à contributions

Les 10 et 11 juin prochains, l’Institut historique allemand à Paris organisera avec L.I.S.A. – das Wissenschaftsportal der Gerda Henkel Stiftung et avec l’aide du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) la cinquième édition de son colloque annuel sur les Digital Humanities. La rencontre entre chercheurs européens sera consacrée cette année aux renouvellement des conditions de la recherche. Après une introduction du colloque par Christian Jacob, quatre tables-rondes seront consacrées a la culture numérique, la formation des chercheurs, l’évaluation de la recherche et les modes de financement :

–       Formes numériques de notre culture scientifique : ce que changent les Digital Humanities (avec Edward Vanhoutte, Dominique Boullier et Arianna Ciula)

–       Questions de formation : quelles nouvelles compétences sont nécessaires ? (avec Malte Rehbein et Jean-Michel Salaün)

–       Assurer la qualité et évaluer la recherche (avec Milena Žic-Fuchs et Denise Pumain)

–       Carrières, financements et reconnaissance académique (avec Claudine Moulin et Pascal Arnaud)

Les organisateurs proposent à l’ensemble de la communauté scientifique de participer collectivement et publiquement à la préparation du colloque en produisant des contributions sur chacun de ces sujets : les contributions peuvent prendre la forme de textes collectifs rédigés sur des pad ou des wikis, de billets de blogs ou de carnets de recherche, de sélections de ressources valorisées au sein de groupes Zotero, Diigo, de pages Scoop it ou Storify, des médias audio-visuelles, des dessins, podcasts, films etc. Tous les moyens du web peuvent être mobilisés pour élaborer une discussion collective. La seule condition pour contribuer est de produire une ressource publique, marquée par le tag “#dhiha5” et signalée en commentaire sur le blog du colloque : http://dhiha.hypotheses.org/. Il est aussi possible d’envoyer sa contribution aux organisateurs (contacts ci-dessous) pour en demander la publication directement sur ce même blog.

L’ensemble des contributions sera synthétisée et restitués in situ au cours de chacune des tables-rondes par un groupe de chercheurs franco-allemand. On demandera aux autres intervenants de réagir aux contributions. Les contributions amendées et discutées formeront la base d’un manifeste qui sera rédigé collectivement en fin de colloque.

A vos claviers ! Et que la conversation scientifique commence dès maintenant.

Mareike König (mkoenig [at] dhi-paris.fr)

Pierre Mounier (pierre.mounier[at] ehess.fr)

Georgios Chatzoudis (chatzoudis[at]gerda-henkel-stiftung.de)

______________

Voir aussi: Jeunes chercheurs et Digital Humanities – annonce d’un colloque en 2013, in: Digital Humanities à l’IHA, 01/06/2012, http://dhiha.hypotheses.org/593.

#dhiha5 = 5e colloque digital humanities à l’iha

________

Introduction aux humanités numériques au Centre Marc Bloch, suite et fin

Ce billet fait suite à celui d’hier.

La journée d’aujourd’hui a été très remplie et je ne reviendrai pas en détail sur les contenu des diverses interventions, pour lequel vous pouvez consulter sur twitter le hashtag #dhcmb, et sur le site du CMB le programme de la journée. En ce qui concerne ma présentation, vous pouvez la télécharger ici (prezi).

Je voudrais plutôt souligner quelques points qui me semblent particulièrement intéressants. Tout d’abord, la question de la définition des humanités numériques, qui est toujours une pierre d’achopement. Est-ce que les questions liées aux moyens de diffusion, aux infrastructures numériques de recherche, ont vraiment à voir avec les humanités numériques? Qu’est-ce qui relie, même, les travaux sur des petites quantités de données du type de mon édition numérique avec des travaux de type « big data » brassant des quantités d’informations tellement énormes que peu importe l’éventuel bruit? Est-ce que le passage par le medium internet suffit à lui seul à définir une méthode, voire même un champ disciplinaire? Ces grandes interrogations existentielles de la communauté des humanités numériques ont d’ailleurs été formulées non pas par les intervenants mais par les novices. Aucun moyen de se voiler la face, donc…

Deuxième point: il a beaucoup été question d’intéropérabilité, et c’est la beauté de ce genre de rencontres que de ne pas la laisser rester un gros mot, mais de lui faire prendre un contour précis. Si je prends ton logiciel et que je le branche sur mon corpus, ca me permettrait d’obtenir des analyses passionnantes que je rêve de faire depuis longtemps. Par l’exemple, il a ainsi été possible de faire comprendre de manière relativement intuitive le sens de la lutte pour les standards ouverts. Inversement, je trouve qu’il a trop peu été question des métadonnées et qu’il aurait fallu être plus pédagogique sur ce sujet. Qu’est-ce qu’une métadonnée, mais aussi qu’est-ce qu’un mot-clef: autant de points cruciaux pour comprendre ne serait-ce que comment fonctionnent les analyses quantitatives.

Et le franco-allemand dans tout ca? Oui, bien sûr, il y a les projets où l’Allemagne et la France se rejoignent thématiquement, mais ce n’est pas tellement ca qui importe en l’occurrence. Ni d’ailleurs un rapprochement dans le mode de fonctionnement de l’infrastructure, qui semble dans l’immédiat impossible. Non, ce que les humanités numériques ont de franco-allemand, c’est, pour moi, après ces deux jours, un élan vraiment commun, dont il reste à espérer qu’il ne restera pas lettre morte.

Introduction aux humanités numériques au Centre Marc Bloch, première partie

Les 23 et 24 avril se tient au Centre Marc Bloch un tour d’horizon des corpus, outils, infrastructures et expériences dans le domaine des humanités numériques, destiné à permettre aux personnels du Centre de développer un pôle thématique axé sur les humanités numériques, comme l’expliquait le directeur Patrice Veit dans son introduction d’hier. Également ouvert aux chercheurs plus largement intéressés par le sujet, le workshop est aussi l’occasion de concrétiser la coopération franco-allemande dans le domaine des humanités numériques, qui bénéficie à Berlin d’un environnement favorable, pour ne pas dire idéal.

Après une présentation des services proposés par le TGE Adonis (bientôt TGIR huma_num) par Sophie David et du rôle de DARIAH par Laurent Romary, l’après-midi d’hier a été consacrée à la présentation d’études de trois cas (l’atlas e-diaspora, un travail de collecte et d’interprétation d’information réalisé à partir de commentaires sur des pages de bilan politique réalisées par des mairies du nord de la France en 2008 et une analyse de l’impact sur l’urbanisme chinois de mobilisation en ligne autour de questions politique). Ces trois projets ont en commun de traiter de données en ligne par le biais de méthodes numériques, ce qui a conduit Camille Roth, dans la séance de conclusion, à parler d' »humanités du numérique ». Les questions posées par les chercheurs du Centre Marc Bloch au fil de l’après-midi ont montré que l’exercice portait ses fruits, puisqu’un certain nombre d’entre elles commençaient par « Si je voulais utiliser cet outil, comment devrais-je m’y prendre, à qui dois-je m’adresser, ai-je besoin de l’aide d’un technicien… »?

La discussion-résumé de la fin de journée est revenue plus en profondeur sur les aspects méthodologiques. Le premier constat a été celui d’une porosité de ces outils entre eux, qui apparaissent comme des briques qu’il est possible de combiner selon les besoins du chercheur. Il a ensuite été question des prémisses épistémologiques sur lesquelles reposent les projets numériques de recherche: bien que souvent implicites, elles conditionnent et la question de recherche et la méthode adoptée et doivent être explicitées en amont du travail numérique de recherche. Elles vont de pair avec un travail sociologique de définition des formes de socialisation qui émergent avec les nouveaux médias, dans le cas des projets décrits durant cette première demi-journée. La deuxième journée mettra en évidence, j’espère, le fait que le travail épistémologique a lieu également en amont du projet, les méthodes et les résultats obtenus appelant un travail de reconceptualisation au fil des différents projets.