Zotero ist super! – API und Zitierstile

Im Rahmen meiner Arbeit für DARIAH-DE bin ich zur Zeit  an der Integration unserer Bibliographie über Digital Humanities in die neue Version der DARIAH-DE-Webseite beteiligt. Die eigentliche Bibliographie wird auf Zotero erstellt, und die bibliographischen Angaben zu den einzelnen thematischen Sammlungen werden dann dynamisch in die DARIAH-DE-Webseite eingebunden. Das geht sehr schick über die Zotero-API und erlaubt auch eine recht ansehnliche Formatierung der einzelnen Einträge.

Das allein ist schon toll, aber jetzt kommt es: Beim Testen ist mir aufgefallen, dass Zotero offenbar standardmäßig die Titel in Majuskeln formatiert, also zum Beispiel « Literary Studies in the Digital Age », und das eben auch wenn das im eigentlichen Zotero-Eintrag nicht so ist. (Alle Beispiele kommen aus der « Introductions to DH »-Sammlung). Dabei werden nun aber nicht alle Wörter in Majuskeln formatiert, sondern nur die Inhaltswörter. Dann fiel mir auf, dass das natürlich auch schief gehen kann: « Was Ist Computerphilologie? » oder Digitale Arbeitstechniken Für Die Geistes- Und Kulturwissenschaften sieht schon nicht mehr so toll aus.

Aber die Lösung ist verblüffend und, franchement, beeindruckend: Wie man an dem ersten Beispiel sehen kann, gibt es offenbar eine Liste von « Stopwords », auf die die Majuskel-Formatierung nicht angewendet wird; diese Liste enthält standardmäßig klassische englische Funktionswörter, also eben « in » oder « the ». Gibt man nun aber in den Metadaten zu einem bestimmten Eintrag auch die Sprache an, bspw. « de » oder « fr », dann wechselt Zotero offensichtlich die Stopword-Liste und formatiert nun korrekt « Computer und Philologie in Vergangenheit, Gegenwart und Zukunft ». Cool, oder?

 

Centres et périphéries (DH Berlin)

C’est un cliché connu: la France, jacobine, centralise; l’Allemagne, fédérale, délègue. Les décisions et les budgets sont structurés différemment. Il n’y a pas un centre et sa périphérie, mais des centres et leurs périphéries, qui souvent frayent avec champs et vaches. Et Berlin? La relation d’amour-haine des Allemands pour leur capitale est difficile à faire  saisir aux Francais, tant elle n’a rien à voir avec celle qui les relie à Paris.

Berlin a tout en double -théâtres, opéras, bibliothèques -, attire les jeunes plus que les investisseurs, et aura besoin de plusieurs années supplémentaires pour se doter d’un gros aéroport international. C’est une ville n’en finit pas de monter et de ne pas arriver en haut, un centre excentré, un mammouth dégraissé qui vit au rythme des coupes budgétaires. Du moins est-ce ainsi que je ressens la ville où je vis maintenant depuis plus de 10 ans.

Cette sensation d’être assis sur une fusée prête à démarrer, mais pour laquelle personne n’a  vraiment assez de caburant, a une contrepartie positive: une solidarité considérable. Cela ne fait pas partie des moeurs locales de tirer la couverture à soi, mais plutôt que chacun essaye de faire en sorte que la couverture soit le plus grande possible pour couvrir le plus de surface et d’institutions possible. Il en va peut-être différemment à d’autres niveaux décisionnels que ceux où j’évolue. Mais le fait est qu’à mon niveau, les gens sont prêts à déployer une énergie considérable pour travailler ensemble de manière constructive.

Cette attitude, que j’ai rencontrée dès mes premières années à Berlin, s’est trouvée décuplée à mesure que la masse de mes partenaires de travail est devenue majoritairement rattachée au mondes des humanités numériques. Cela tient très certainement à la nature même des humanités numériques, qui par définition rapprochent des disciplines qui, sinon, peuvent fort bien vivre en s’ignorant. Cela tient aussi à cette situation berlinoise, dans laquelle aucune institution n’est en mesure de tout prendre en charge, mais où les contributions de chaque institution, mises ensemble, peuvent permettre de constituer quelque chose de visible et cohérent, chacun apportant sa pierre à l’édifice.

S’ajoutent à cela tous les problèmes bien connus des humanistes numériques: devoir constater que chaque nouveau projet qui se monte doit, d’une manière ou d’une autre, repasser dans les traces du précédent, poser les mêmes questions aux mêmes personnes, achopper aux mêmes difficultés techniques ou institutionnelles, pour constater que la roue a déjà été réinventée trois fois; manquer de solutions viables sur des questions comme l’archivage à long terme ou l’interopérabilité des données.

Que faire de tout cela? Un groupe de réflexion et de proposition s’est constitué, composé de post-docs (utilisons cette catégorie pour aller vite) issus de l’Université Humboldt, de l’Université Libre, de la Bibliothèque d’État, du Patrimoine Culturel Prussien, de l’Institut Max Planck d’Histoire des Sciences, de l’Institut Archéologique Allemand et du Centre Marc Bloch (ainsi que de quelques personnes ayant des liens étroits avec l’Académie des Sciences). DH-Berlin existait précédemment sous la forme d’une soirée mensuelle commune passée dans un bar-restaurant et a maintenant des activités un peu plus formalisées et régulières. L’idée de départ est d’offrir aux projets DH qui se montent à Berlin (et en périphérie…) un contact, lui-même relié à un réseau d’expertise. Parallèlement à ce travail de structuration de la recherche en humanités numériques (dans ses rapports aux institutions comme les bibliothèques, archives et musées, qui jouent un rôle important dans la configuration berlinoise), il s’agit de réfléchir à des recommandations de bonnes pratiques sur les points infrastructurels et méthodologiques partagés par l’ensemble des humanistes numériques, qu’ils viennent du monde du texte ou du monde de l’objet.

Il y aura rapidement une page web de présentation du projet (dont j’indiquerai les coordonnées sur ce blog). Nous sommes en attente de réponse concernant une demande de financement déposée à la fondation Einstein, mais avons d’ores et déjà le soutien financier de l’INRIA et du Centre Marc Bloch pour l’organisation d’un premier workshop fin juin, consacré aux questions des « Centres de compétence en humanités numériques en Allemagne » (comment ils sont nés, quelles sont leurs missions, comment ils fonctionnent localement et moins localement). Les humanités numériques berlinoises sont décidément francophiles – espérons que les liens avec les humanités numériques francaises sauront se tisser solidement!

 

Chantiers des Lumières : L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert à l’âge de la numérisation

Chantiers des Lumières : L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert à l’âge de la numérisation

Colloque international, Paris VII-Denis Diderot, 28-29 mars 2013, 9h30-17h30
Lettres et sciences humaines, sciences et humanités numériques
Amphi Buffon, 15 rue Hélène Brion, 75013 Paris

Organisateurs : Pierre Chartier et Florence Lotterie (Université Paris VII – Denis Diderot, UFR LAC, CERILAC). Partenaires co-organisateurs : Université Paris-Ouest – Nanterre (Marie Leca-Tsiomis), Université de Chicago (Robert Morrissey)

Argumentaire scientifique

Les éditeurs de l’Encyclopédie, à la fois somme des savoirs et projet philosophique, entendaient, comme le disait Diderot, « changer la façon commune de penser ». Que savons-nous aujourd’hui de cette mémorable entreprise d’édition des Lumières ? Qu’en faisons-nous ?

Ce n’est que dans la seconde moitié du 20e siècle que sont apparues les premières grandes études montrant la richesse et l’importance de l’Encyclopédie, dont la connaissance avait été jusque-là souvent confinée à des extraits ou aux textes d’escorte. « Il faut entrer dans la forteresse ! » avait écrit Jacques Proust en 1970.

De nombreux travaux sur le Dictionnaire raisonné des arts, des sciences et des métiers se sont alors développés conjointement avec ceux consacrés à l’histoire du livre et de la diffusion, l’histoire des sciences, des réseaux savants, des dictionnaires, etc. En 2000, un colloque international organisé à Paris par la Société Diderot, et intitulé « L’Encyclopédie en ses nouveaux atours électroniques : vices et vertus du virtuel », a permis de faire le point sur les premières numérisations du Dictionnaire raisonné.

Où en sommes-nous donc aujourd’hui des études sur l’Encyclopédie ? Où en est la numérisation de l’équipe ARTFL, dirigée par Robert Morrissey ? Quelles corrections ont- elles été apportées ? Quelles innovations ont-elles été conçues, et dans quel esprit ? Comment les recherches peuvent-elles être articulées, mises en valeur, voire facilitées par la conception d’outils qui exploitent les possibilités nouvelles permises par le numérique ? De nouvelles démarches de recherche se dessinent-elles et, avec elles, de nouvelles pistes pour l’histoire culturelle et intellectuelle des Lumières ?

Le colloque offrira ainsi l’occasion de situer ce retour sur l’Encyclopédie dans une interrogation sur la dynamique actuelle de la numérisation des textes anciens et modernes ainsi que les bases de données qui leur sont consacrées, et de questionner les problématiques des « humanités numériques » (« digital humanities ») dans les rapports que leur désignation même entend maintenir (ou créer ?) avec les cadres intellectuels et épistémologiques de la recherche en sciences humaines : choix des corpus, transparence de ces choix, profits pour le chercheur et pour le simple lecteur, distance critique procurée à l’utilisateur face à ces nouveaux outils, etc.

Le questionnement attendu implique naturellement la (re)prise en charge de l’Encyclopédie dans sa version imprimée originale. La confrontation du numérique à l’imprimé du point de vue des « humanités » nourrira aussi la réflexion générale sur les modalités, les visées et l’avenir possible de l’écriture et de la lecture du savoir encyclopédique.

Chacune des deux journées comportera une présentation d’un objet ou projet numérique de l’Encyclopédie, à partir desquels la discussion pourra s’engager, et des contributions qui s’y articuleront, soit par inscription directe dans le débat sur la numérisation et ses attendus, soit par confrontation aux objets de la recherche impliquant le support « papier » et les diverses perspectives disciplinaires qui s’y rattachent (histoire des idées, histoire du livre, histoire intellectuelle de la forme-dictionnaire, etc.)

Programmation

  • Ouverture par la vice-présidence Vie culturelle Université dans la ville.
  • Milad Doueihi (Université Laval, Québec, histoire et cultures numériques) : « Tâtonnements encyclopédiques à l’ère numérique » (conférence inaugurale)
  • Wilda Anderson (Johns Hopkins University, chimie) : « Que veut dire ‘lire autrement’ ? »
  • Nicholas Cronk (Voltaire Foundation, Oxford, littérature) : « Les usages de l’outil ARTLF : l’exemple des Questions sur l’Encyclopédie de Voltaire »
  • Luigi Delia (IRPhil – Université Lyon 3, LABEX COMOD, philosophie) : « De Felice et le Code de l’Humanité (1778). Un dictionnaire des droits de l’homme ? »
  • Olivier Ferret (Lyon 2, UMR LIRE, littérature) et Alexandre Guilbaud (UPMC, IMJ, mathématiques et histoire des sciences) : « Présentation et démonstration d’un outil permettant de visualiser des processus de genèse de textes (ORIGAMI) » et « Proposition d’un outil d’édition électronique, critique et commentée de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert »
  • Martine Groult (CNRS, Centre Jean Pépin, philosophie) : « L’édition électronique et la classification du savoir : état des lieux et nouvelle ouverture pour les recherches futures »
  • Tatsuo Hemmi (Université de Niigata, Japon, littérature) : « Diderot et James : l’Histoire à l’épreuve »
  • Takeshi Koseki (Hitotsubashi University, Japon) : « Des récits de voyages au dictionnaire encyclopédique : quelques remarques sur le Recueil d’observations curieuses (1749) de Claude-François Lambert »
  • Marie Leca (Université Paris-Ouest Nanterre, littérature et histoire des idées) : « L’Encyclopédie, observatoire du travail intellectuel au XVIIIe siècle »
  • Robert Morrissey (Benjamin Franklin Professor, littérature), Mark Olsen (histoire), Glenn Roe (Digital humanities), Clovis Gladstone : équipe ARTFL, Université de Chicago : « L’Encyclopédie électronique ARTFL: une édition vivante » (http://encyclopedie.uchicago.edu/)
  • Irène Passeron (CNRS, IMJ, mathématiques et histoire des sciences) : « La question des classifications dans L’Encyclopédie »
  • Philippe Roger (DR, EHESS, littérature) : « Déliaisons dangereuses »
  • Céline Spector (PU, Université Bordeaux 3, philosophie) : « Jaucourt dans l’Encyclopédie »
  • Joanna Stalnaker (Colombia University, New York, littérature et histoire des idées) : « La question de la physiologie dans l’Encyclopédie : le corps »
  • Yoichi Sumi (Université Keio de Tokyo, Japon, littérature et histoire des idées) : « Chantiers italiens des Lumières : quelques remarques sur les Encyclopédies toscanes ».

Une présentation grand public de l’outil ARTFL de Chicago se donnera à Langres le 30 mars.

29 mars, amphi Vilgrain, Paris VII, site Grands Moulins, 18h30: « Diderot, bande sonore : autour de La Religieuse ». Spectacle de lecture avec accompagnement musical par ensemble baroque, ouvert au public. En partenariat avec GF-Flammarion.

Pour toute information, s’adresser à Pierre Chartier (chartierpierre@neuf.fr) ou à Florence Lotterie (florence.lotterie@univ-paris-diderot.fr)

Patronages : Société Diderot, Société française d’étude du XVIIIe siècle, GF-Flammarion (spectacle)