Métrique et vers libre: approche interdisciplinaire d’une forme poétique

Un nouveau projet de recherche, fort philologeeky! Je suis très reconnaissante au Fonds National Suisse, qui a bien voulu m’accorder une prestigieuse bourse Marie Heim-Vögtlin pour deux ans de recherche postdoctorale sur ce sujet. Je suis intégrée à l’excellente équipe de l’Université de Bâle.

Résumé:
D’emblée, le vers libre semble une contradiction dans les termes. Caractéristique de la poésie moderne, la forme serait vers, entité métrique réglée, et libre, échappant aux règles de la versification. Au contraire du vers dit régulier, dont les règles formalisées constituent un horizon d’attente tangible, le vers libre nous échappe dans sa spécificité métrique. Mais lui fait-elle réellement défaut ? Deux obstacles ont principalement empêché de poser la question : à mesure que la forme s’est imposée, le paradoxe de son nom s’est banalisé, et sa diversité s’est confirmée. Pourtant, le vers libre a émergé en opposition et en référence au vers traditionnel. Volontairement ou non, entre échos et évitements, les poètes laissent ressurgir dans cette forme libérée des règles anciennes des éléments de régularité métrique, une langue et des rythmes gardant mémoire du vers traditionnel. Et les vers libres s’écrivent aussi en gardant mémoire d’eux-mêmes, avec des effets de standardisation. La connaissance précise de tels traits récurrents serait cruciale pour l’interprétation des textes poétiques, où la forme et la construction du sens sont étroitement mêlées. Je propose donc de réexaminer la charge normative associée au mot vers, d’une part en recherchant des constantes structurelles pouvant fonctionner, dans l’horizon d’attente du lecteur, sinon comme des lois collectives régissant la composition du vers libre, du moins comme des règles du jeu dans l’horizon d’attente du lecteur, d’autre part en distinguant plusieurs canons possibles pour le vers libre. Utilisant un corpus de textes numérisés mis à disposition par le laboratoire ATILF-CNRS de Nancy, j’extrairai et analyserai des données méta-textuelles et linguistiques, qui rejoindront la plateforme KNORA du DHLab, en collaboration avec le Prof. Rosenthaler : elles seront ainsi accessibles à la communauté scientifique. Et l’ensemble du projet sera mené au sein de l’équipe du poéticien Hugues Marchal, car c’est en croisant mon analyse statistique d’un large corpus, dans une perspective interdisciplinaire, à la poétique et à l’histoire littéraire, que j’obtiendrai une vue synoptique capable d’étayer la définition du vers libre et son interprétation, tout en renouvelant les travaux existants sur le vers libre et sur les échanges entre sens et métrique.

Introduction aux humanités numériques au Centre Marc Bloch, suite et fin

Ce billet fait suite à celui d’hier.

La journée d’aujourd’hui a été très remplie et je ne reviendrai pas en détail sur les contenu des diverses interventions, pour lequel vous pouvez consulter sur twitter le hashtag #dhcmb, et sur le site du CMB le programme de la journée. En ce qui concerne ma présentation, vous pouvez la télécharger ici (prezi).

Je voudrais plutôt souligner quelques points qui me semblent particulièrement intéressants. Tout d’abord, la question de la définition des humanités numériques, qui est toujours une pierre d’achopement. Est-ce que les questions liées aux moyens de diffusion, aux infrastructures numériques de recherche, ont vraiment à voir avec les humanités numériques? Qu’est-ce qui relie, même, les travaux sur des petites quantités de données du type de mon édition numérique avec des travaux de type « big data » brassant des quantités d’informations tellement énormes que peu importe l’éventuel bruit? Est-ce que le passage par le medium internet suffit à lui seul à définir une méthode, voire même un champ disciplinaire? Ces grandes interrogations existentielles de la communauté des humanités numériques ont d’ailleurs été formulées non pas par les intervenants mais par les novices. Aucun moyen de se voiler la face, donc…

Deuxième point: il a beaucoup été question d’intéropérabilité, et c’est la beauté de ce genre de rencontres que de ne pas la laisser rester un gros mot, mais de lui faire prendre un contour précis. Si je prends ton logiciel et que je le branche sur mon corpus, ca me permettrait d’obtenir des analyses passionnantes que je rêve de faire depuis longtemps. Par l’exemple, il a ainsi été possible de faire comprendre de manière relativement intuitive le sens de la lutte pour les standards ouverts. Inversement, je trouve qu’il a trop peu été question des métadonnées et qu’il aurait fallu être plus pédagogique sur ce sujet. Qu’est-ce qu’une métadonnée, mais aussi qu’est-ce qu’un mot-clef: autant de points cruciaux pour comprendre ne serait-ce que comment fonctionnent les analyses quantitatives.

Et le franco-allemand dans tout ca? Oui, bien sûr, il y a les projets où l’Allemagne et la France se rejoignent thématiquement, mais ce n’est pas tellement ca qui importe en l’occurrence. Ni d’ailleurs un rapprochement dans le mode de fonctionnement de l’infrastructure, qui semble dans l’immédiat impossible. Non, ce que les humanités numériques ont de franco-allemand, c’est, pour moi, après ces deux jours, un élan vraiment commun, dont il reste à espérer qu’il ne restera pas lettre morte.

Introduction aux humanités numériques au Centre Marc Bloch, première partie

Les 23 et 24 avril se tient au Centre Marc Bloch un tour d’horizon des corpus, outils, infrastructures et expériences dans le domaine des humanités numériques, destiné à permettre aux personnels du Centre de développer un pôle thématique axé sur les humanités numériques, comme l’expliquait le directeur Patrice Veit dans son introduction d’hier. Également ouvert aux chercheurs plus largement intéressés par le sujet, le workshop est aussi l’occasion de concrétiser la coopération franco-allemande dans le domaine des humanités numériques, qui bénéficie à Berlin d’un environnement favorable, pour ne pas dire idéal.

Après une présentation des services proposés par le TGE Adonis (bientôt TGIR huma_num) par Sophie David et du rôle de DARIAH par Laurent Romary, l’après-midi d’hier a été consacrée à la présentation d’études de trois cas (l’atlas e-diaspora, un travail de collecte et d’interprétation d’information réalisé à partir de commentaires sur des pages de bilan politique réalisées par des mairies du nord de la France en 2008 et une analyse de l’impact sur l’urbanisme chinois de mobilisation en ligne autour de questions politique). Ces trois projets ont en commun de traiter de données en ligne par le biais de méthodes numériques, ce qui a conduit Camille Roth, dans la séance de conclusion, à parler d' »humanités du numérique ». Les questions posées par les chercheurs du Centre Marc Bloch au fil de l’après-midi ont montré que l’exercice portait ses fruits, puisqu’un certain nombre d’entre elles commençaient par « Si je voulais utiliser cet outil, comment devrais-je m’y prendre, à qui dois-je m’adresser, ai-je besoin de l’aide d’un technicien… »?

La discussion-résumé de la fin de journée est revenue plus en profondeur sur les aspects méthodologiques. Le premier constat a été celui d’une porosité de ces outils entre eux, qui apparaissent comme des briques qu’il est possible de combiner selon les besoins du chercheur. Il a ensuite été question des prémisses épistémologiques sur lesquelles reposent les projets numériques de recherche: bien que souvent implicites, elles conditionnent et la question de recherche et la méthode adoptée et doivent être explicitées en amont du travail numérique de recherche. Elles vont de pair avec un travail sociologique de définition des formes de socialisation qui émergent avec les nouveaux médias, dans le cas des projets décrits durant cette première demi-journée. La deuxième journée mettra en évidence, j’espère, le fait que le travail épistémologique a lieu également en amont du projet, les méthodes et les résultats obtenus appelant un travail de reconceptualisation au fil des différents projets.

Zotero ist super! – API und Zitierstile

Im Rahmen meiner Arbeit für DARIAH-DE bin ich zur Zeit  an der Integration unserer Bibliographie über Digital Humanities in die neue Version der DARIAH-DE-Webseite beteiligt. Die eigentliche Bibliographie wird auf Zotero erstellt, und die bibliographischen Angaben zu den einzelnen thematischen Sammlungen werden dann dynamisch in die DARIAH-DE-Webseite eingebunden. Das geht sehr schick über die Zotero-API und erlaubt auch eine recht ansehnliche Formatierung der einzelnen Einträge.

Das allein ist schon toll, aber jetzt kommt es: Beim Testen ist mir aufgefallen, dass Zotero offenbar standardmäßig die Titel in Majuskeln formatiert, also zum Beispiel « Literary Studies in the Digital Age », und das eben auch wenn das im eigentlichen Zotero-Eintrag nicht so ist. (Alle Beispiele kommen aus der « Introductions to DH »-Sammlung). Dabei werden nun aber nicht alle Wörter in Majuskeln formatiert, sondern nur die Inhaltswörter. Dann fiel mir auf, dass das natürlich auch schief gehen kann: « Was Ist Computerphilologie? » oder Digitale Arbeitstechniken Für Die Geistes- Und Kulturwissenschaften sieht schon nicht mehr so toll aus.

Aber die Lösung ist verblüffend und, franchement, beeindruckend: Wie man an dem ersten Beispiel sehen kann, gibt es offenbar eine Liste von « Stopwords », auf die die Majuskel-Formatierung nicht angewendet wird; diese Liste enthält standardmäßig klassische englische Funktionswörter, also eben « in » oder « the ». Gibt man nun aber in den Metadaten zu einem bestimmten Eintrag auch die Sprache an, bspw. « de » oder « fr », dann wechselt Zotero offensichtlich die Stopword-Liste und formatiert nun korrekt « Computer und Philologie in Vergangenheit, Gegenwart und Zukunft ». Cool, oder?

 

Centres et périphéries (DH Berlin)

C’est un cliché connu: la France, jacobine, centralise; l’Allemagne, fédérale, délègue. Les décisions et les budgets sont structurés différemment. Il n’y a pas un centre et sa périphérie, mais des centres et leurs périphéries, qui souvent frayent avec champs et vaches. Et Berlin? La relation d’amour-haine des Allemands pour leur capitale est difficile à faire  saisir aux Francais, tant elle n’a rien à voir avec celle qui les relie à Paris.

Berlin a tout en double -théâtres, opéras, bibliothèques -, attire les jeunes plus que les investisseurs, et aura besoin de plusieurs années supplémentaires pour se doter d’un gros aéroport international. C’est une ville n’en finit pas de monter et de ne pas arriver en haut, un centre excentré, un mammouth dégraissé qui vit au rythme des coupes budgétaires. Du moins est-ce ainsi que je ressens la ville où je vis maintenant depuis plus de 10 ans.

Cette sensation d’être assis sur une fusée prête à démarrer, mais pour laquelle personne n’a  vraiment assez de caburant, a une contrepartie positive: une solidarité considérable. Cela ne fait pas partie des moeurs locales de tirer la couverture à soi, mais plutôt que chacun essaye de faire en sorte que la couverture soit le plus grande possible pour couvrir le plus de surface et d’institutions possible. Il en va peut-être différemment à d’autres niveaux décisionnels que ceux où j’évolue. Mais le fait est qu’à mon niveau, les gens sont prêts à déployer une énergie considérable pour travailler ensemble de manière constructive.

Cette attitude, que j’ai rencontrée dès mes premières années à Berlin, s’est trouvée décuplée à mesure que la masse de mes partenaires de travail est devenue majoritairement rattachée au mondes des humanités numériques. Cela tient très certainement à la nature même des humanités numériques, qui par définition rapprochent des disciplines qui, sinon, peuvent fort bien vivre en s’ignorant. Cela tient aussi à cette situation berlinoise, dans laquelle aucune institution n’est en mesure de tout prendre en charge, mais où les contributions de chaque institution, mises ensemble, peuvent permettre de constituer quelque chose de visible et cohérent, chacun apportant sa pierre à l’édifice.

S’ajoutent à cela tous les problèmes bien connus des humanistes numériques: devoir constater que chaque nouveau projet qui se monte doit, d’une manière ou d’une autre, repasser dans les traces du précédent, poser les mêmes questions aux mêmes personnes, achopper aux mêmes difficultés techniques ou institutionnelles, pour constater que la roue a déjà été réinventée trois fois; manquer de solutions viables sur des questions comme l’archivage à long terme ou l’interopérabilité des données.

Que faire de tout cela? Un groupe de réflexion et de proposition s’est constitué, composé de post-docs (utilisons cette catégorie pour aller vite) issus de l’Université Humboldt, de l’Université Libre, de la Bibliothèque d’État, du Patrimoine Culturel Prussien, de l’Institut Max Planck d’Histoire des Sciences, de l’Institut Archéologique Allemand et du Centre Marc Bloch (ainsi que de quelques personnes ayant des liens étroits avec l’Académie des Sciences). DH-Berlin existait précédemment sous la forme d’une soirée mensuelle commune passée dans un bar-restaurant et a maintenant des activités un peu plus formalisées et régulières. L’idée de départ est d’offrir aux projets DH qui se montent à Berlin (et en périphérie…) un contact, lui-même relié à un réseau d’expertise. Parallèlement à ce travail de structuration de la recherche en humanités numériques (dans ses rapports aux institutions comme les bibliothèques, archives et musées, qui jouent un rôle important dans la configuration berlinoise), il s’agit de réfléchir à des recommandations de bonnes pratiques sur les points infrastructurels et méthodologiques partagés par l’ensemble des humanistes numériques, qu’ils viennent du monde du texte ou du monde de l’objet.

Il y aura rapidement une page web de présentation du projet (dont j’indiquerai les coordonnées sur ce blog). Nous sommes en attente de réponse concernant une demande de financement déposée à la fondation Einstein, mais avons d’ores et déjà le soutien financier de l’INRIA et du Centre Marc Bloch pour l’organisation d’un premier workshop fin juin, consacré aux questions des « Centres de compétence en humanités numériques en Allemagne » (comment ils sont nés, quelles sont leurs missions, comment ils fonctionnent localement et moins localement). Les humanités numériques berlinoises sont décidément francophiles – espérons que les liens avec les humanités numériques francaises sauront se tisser solidement!

 

Matinée « Réseaux intellectuels historiques », 9 novembre, ENS Lyon

Le 9 novembre se tiendra à l’ENS Lyon une matinée de réflexion organisée dans le cadre du cours  d’introduction aux Humanités Numériques du Master « Architecture de l’information » et de MuTEC sur le thème des réseaux intellectuels historiques.

Le programme est le suivant:

Anne Baillot: Blind encoding? Les réseaux intellectuels dans l’édition numérique « Lettres et textes. Le Berlin intellectuel autour de 1800 »: réalités de l’encodage et rêves de visualisation.

Je présenterai notre édition, l’architecture des données, les objectifs en termes de visualisation des réseaux intellectuels, et je terminerai sur des considérations plus générales sur les édition numériques  et leurs limites techniques. (finalement, je n’ai pas la place de parler des questions de langue, mais je reviens plus en détail que prévu sur les questions de conceptualisation méthodologique; j’en parle aussi ici)

Élise Leclerc: Des hommes et des textes en réseau: profils de membres du popolo florentin à travers leurs livres de famille (XIV-XVème siècles)

Émilie Charles & Thomas Lebarbé: Le projet BiPrAM: De l’inventaire de bibliothèque privée à la reconstitution de réseaux intellectuels

Résumé: Depuis fin 2010, l’université Stendhal s’est lancée dans le projet BiPrAM (Bibliothèques Privées à l’Âge Moderne), en collaboration avec L’ENSSIB et le SCD Lille 3, afin de mettre en place des outils mais surtout des méthodologies pour la reconstitution virtuelle de bibliothèques privées à l’Âge Moderne. Ce projet a reçu le soutien de la région Rhône-Alpes dans le cadre des AAP CIBLE 2012.

Le projet est le fruit de la rencontre de deux projets pré-existants: d’une part, le projet de reconstitution du catalogue et de la bibliothèque de Vittorio Alfieri, d’autre part le projet « e-collections et collectionneurs » visant à reconstituer des bibliothèques dispersées ou mêlées aujourd’hui à des collections plus importantes. Cette rencontre a permis de rassembler l’ensemble des compétences et connaissances nécessaires à un projet d’une telle envergure : les bibliothèques (I. Westeel, SCD Lille 3), les livres anciens (R. Mouren, ENSSIB), les lettres (C. Del Vento, Paris 3) et l’informatique (T. Lebarbé, U. Stendhal).

L’objectif du projet est ambitieux : constituer un réseau de connaissances complexe incluant: les descriptions de bibliothèques privées, de leurs contenus, des ouvrages survivants et des annotations de lecteurs, et par conséquent des personnes (auteurs, propriétaires, lecteurs, etc.) en relation avec ces objets. Cet objectif est intrinsèquement lié à quatre problématiques que nous évoquerons pendant le séminaire :

1 – la compilation de données existantes, et plus particulièrement les nombreux catalogues des bibliothèques actuelles

2 – l’aide à la conception d’inventaires, en tant que processus éditorial propre à certaines disciplines, et a fortiori les problèmes de littératie numérique

3 – le crowdsourcing scientifique

4 – l’extraction d’hypothèses de travail et notamment de liens d’influence intellectuelle par le biais des bibliothèques reconstituées.

Le projet BiPrAM est un projet à l’état embryonnaire – notre présentation s’appuiera donc principalement sur des hypothèses de travail.

Discutant: Pablo Jensen

Pour toute information, s’adresser à Jean-Philippe Magué!

Vortrag von Yvan Leclerc: « Madame Bovary, un roman de 4.500 pages. Lire les brouillons de Flaubert mis en ligne sur Internet »

Das Institut français Bonn und das Romanische Seminar der Universität Bonn veranstalten eine Ringvorlesung Frankreich, in deren Rahmen auch Yvan Leclerc eingeladen ist, über die digitale Edition und ihre Nutzungsmöglichkeiten zu sprechen. Dieses Highlight für alle Philologeeks wollen wir hier nicht verschweigen! Im Anschluss der offizielle Ankündigungstext:

Seit April 2009 sind die gesamten Manuskripte Flauberts zu seinem Roman Madame Bovary im Internet zugänglich: http://www.bovary.fr/. Hier kann man die Faksimile durchblättern und die Entstehung des Romans Schritt für Schritt nach verfolgen. An dieser Internetseite haben rund hundert Personen fünf Jahre lang gearbeitet. Prof. Dr. Yvan Leclerc stellt in seinem Vortrag mögliche Lesarten vor.

Der Flaubert-Spezialist Prof. Dr. Yvan Leclerc lehrt Literaturwissenschaft an der Universität Rouen. Er leitet das Centre Flaubert und ist verantwortlich für die Homepage http://flaubert.univ-rouen.fr. Seine Recherchen und Veröffentlichungen konzentrieren sich insbesondere auf die Korrespondenz von Flaubert. Leclerc verantwortet die seit 2009 existierende Seite http://www.bovary.fr/, die Flauberts vollständige Manuskripte zu Madame Bovary enthält. Die Manuskripte zu Bouvard et Pécuchet vol. 1 werden ab Ende 2012 zugänglich sein.

Vortrag in französischer Sprache. Eintritt frei.
Universität Bonn – Hauptgebäude. Hörsaal 10.
29.10.2012, 18:15 Uhr – 19:30 Uhr

***

English Summary: Flaubert specialist Yvan Leclerc will speak about what new ways of reading the digital edition of Flaubert’s notes and « brouillons » for Madame Bovary permits. The event takes place on Monday, October 29 2012, from 18h15, at the University of Bonn.

Résumé en français: Yvan Leclerc, spécialiste de Flaubert, prononcera une conférence (en français) sur les nouvelles lectures que permet l’édition numérique des notes et brouillons de Flaubert pour Madame Bovary. L’événement aura lieu le lundi 29 october 2012, à partir de 18h15, à l’université de Bonn. Page de référence en français.