Métrique et vers libre: approche interdisciplinaire d’une forme poétique

Un nouveau projet de recherche, fort philologeeky! Je suis très reconnaissante au Fonds National Suisse, qui a bien voulu m’accorder une prestigieuse bourse Marie Heim-Vögtlin pour deux ans de recherche postdoctorale sur ce sujet. Je suis intégrée à l’excellente équipe de l’Université de Bâle.

Résumé:
D’emblée, le vers libre semble une contradiction dans les termes. Caractéristique de la poésie moderne, la forme serait vers, entité métrique réglée, et libre, échappant aux règles de la versification. Au contraire du vers dit régulier, dont les règles formalisées constituent un horizon d’attente tangible, le vers libre nous échappe dans sa spécificité métrique. Mais lui fait-elle réellement défaut ? Deux obstacles ont principalement empêché de poser la question : à mesure que la forme s’est imposée, le paradoxe de son nom s’est banalisé, et sa diversité s’est confirmée. Pourtant, le vers libre a émergé en opposition et en référence au vers traditionnel. Volontairement ou non, entre échos et évitements, les poètes laissent ressurgir dans cette forme libérée des règles anciennes des éléments de régularité métrique, une langue et des rythmes gardant mémoire du vers traditionnel. Et les vers libres s’écrivent aussi en gardant mémoire d’eux-mêmes, avec des effets de standardisation. La connaissance précise de tels traits récurrents serait cruciale pour l’interprétation des textes poétiques, où la forme et la construction du sens sont étroitement mêlées. Je propose donc de réexaminer la charge normative associée au mot vers, d’une part en recherchant des constantes structurelles pouvant fonctionner, dans l’horizon d’attente du lecteur, sinon comme des lois collectives régissant la composition du vers libre, du moins comme des règles du jeu dans l’horizon d’attente du lecteur, d’autre part en distinguant plusieurs canons possibles pour le vers libre. Utilisant un corpus de textes numérisés mis à disposition par le laboratoire ATILF-CNRS de Nancy, j’extrairai et analyserai des données méta-textuelles et linguistiques, qui rejoindront la plateforme KNORA du DHLab, en collaboration avec le Prof. Rosenthaler : elles seront ainsi accessibles à la communauté scientifique. Et l’ensemble du projet sera mené au sein de l’équipe du poéticien Hugues Marchal, car c’est en croisant mon analyse statistique d’un large corpus, dans une perspective interdisciplinaire, à la poétique et à l’histoire littéraire, que j’obtiendrai une vue synoptique capable d’étayer la définition du vers libre et son interprétation, tout en renouvelant les travaux existants sur le vers libre et sur les échanges entre sens et métrique.

Introduction aux humanités numériques au Centre Marc Bloch, suite et fin

Ce billet fait suite à celui d’hier.

La journée d’aujourd’hui a été très remplie et je ne reviendrai pas en détail sur les contenu des diverses interventions, pour lequel vous pouvez consulter sur twitter le hashtag #dhcmb, et sur le site du CMB le programme de la journée. En ce qui concerne ma présentation, vous pouvez la télécharger ici (prezi).

Je voudrais plutôt souligner quelques points qui me semblent particulièrement intéressants. Tout d’abord, la question de la définition des humanités numériques, qui est toujours une pierre d’achopement. Est-ce que les questions liées aux moyens de diffusion, aux infrastructures numériques de recherche, ont vraiment à voir avec les humanités numériques? Qu’est-ce qui relie, même, les travaux sur des petites quantités de données du type de mon édition numérique avec des travaux de type « big data » brassant des quantités d’informations tellement énormes que peu importe l’éventuel bruit? Est-ce que le passage par le medium internet suffit à lui seul à définir une méthode, voire même un champ disciplinaire? Ces grandes interrogations existentielles de la communauté des humanités numériques ont d’ailleurs été formulées non pas par les intervenants mais par les novices. Aucun moyen de se voiler la face, donc…

Deuxième point: il a beaucoup été question d’intéropérabilité, et c’est la beauté de ce genre de rencontres que de ne pas la laisser rester un gros mot, mais de lui faire prendre un contour précis. Si je prends ton logiciel et que je le branche sur mon corpus, ca me permettrait d’obtenir des analyses passionnantes que je rêve de faire depuis longtemps. Par l’exemple, il a ainsi été possible de faire comprendre de manière relativement intuitive le sens de la lutte pour les standards ouverts. Inversement, je trouve qu’il a trop peu été question des métadonnées et qu’il aurait fallu être plus pédagogique sur ce sujet. Qu’est-ce qu’une métadonnée, mais aussi qu’est-ce qu’un mot-clef: autant de points cruciaux pour comprendre ne serait-ce que comment fonctionnent les analyses quantitatives.

Et le franco-allemand dans tout ca? Oui, bien sûr, il y a les projets où l’Allemagne et la France se rejoignent thématiquement, mais ce n’est pas tellement ca qui importe en l’occurrence. Ni d’ailleurs un rapprochement dans le mode de fonctionnement de l’infrastructure, qui semble dans l’immédiat impossible. Non, ce que les humanités numériques ont de franco-allemand, c’est, pour moi, après ces deux jours, un élan vraiment commun, dont il reste à espérer qu’il ne restera pas lettre morte.

Introduction aux humanités numériques au Centre Marc Bloch, première partie

Les 23 et 24 avril se tient au Centre Marc Bloch un tour d’horizon des corpus, outils, infrastructures et expériences dans le domaine des humanités numériques, destiné à permettre aux personnels du Centre de développer un pôle thématique axé sur les humanités numériques, comme l’expliquait le directeur Patrice Veit dans son introduction d’hier. Également ouvert aux chercheurs plus largement intéressés par le sujet, le workshop est aussi l’occasion de concrétiser la coopération franco-allemande dans le domaine des humanités numériques, qui bénéficie à Berlin d’un environnement favorable, pour ne pas dire idéal.

Après une présentation des services proposés par le TGE Adonis (bientôt TGIR huma_num) par Sophie David et du rôle de DARIAH par Laurent Romary, l’après-midi d’hier a été consacrée à la présentation d’études de trois cas (l’atlas e-diaspora, un travail de collecte et d’interprétation d’information réalisé à partir de commentaires sur des pages de bilan politique réalisées par des mairies du nord de la France en 2008 et une analyse de l’impact sur l’urbanisme chinois de mobilisation en ligne autour de questions politique). Ces trois projets ont en commun de traiter de données en ligne par le biais de méthodes numériques, ce qui a conduit Camille Roth, dans la séance de conclusion, à parler d' »humanités du numérique ». Les questions posées par les chercheurs du Centre Marc Bloch au fil de l’après-midi ont montré que l’exercice portait ses fruits, puisqu’un certain nombre d’entre elles commençaient par « Si je voulais utiliser cet outil, comment devrais-je m’y prendre, à qui dois-je m’adresser, ai-je besoin de l’aide d’un technicien… »?

La discussion-résumé de la fin de journée est revenue plus en profondeur sur les aspects méthodologiques. Le premier constat a été celui d’une porosité de ces outils entre eux, qui apparaissent comme des briques qu’il est possible de combiner selon les besoins du chercheur. Il a ensuite été question des prémisses épistémologiques sur lesquelles reposent les projets numériques de recherche: bien que souvent implicites, elles conditionnent et la question de recherche et la méthode adoptée et doivent être explicitées en amont du travail numérique de recherche. Elles vont de pair avec un travail sociologique de définition des formes de socialisation qui émergent avec les nouveaux médias, dans le cas des projets décrits durant cette première demi-journée. La deuxième journée mettra en évidence, j’espère, le fait que le travail épistémologique a lieu également en amont du projet, les méthodes et les résultats obtenus appelant un travail de reconceptualisation au fil des différents projets.