Métrique et vers libre: approche interdisciplinaire d’une forme poétique

Un nouveau projet de recherche, fort philologeeky! Je suis très reconnaissante au Fonds National Suisse, qui a bien voulu m’accorder une prestigieuse bourse Marie Heim-Vögtlin pour deux ans de recherche postdoctorale sur ce sujet. Je suis intégrée à l’excellente équipe de l’Université de Bâle.

Résumé:
D’emblée, le vers libre semble une contradiction dans les termes. Caractéristique de la poésie moderne, la forme serait vers, entité métrique réglée, et libre, échappant aux règles de la versification. Au contraire du vers dit régulier, dont les règles formalisées constituent un horizon d’attente tangible, le vers libre nous échappe dans sa spécificité métrique. Mais lui fait-elle réellement défaut ? Deux obstacles ont principalement empêché de poser la question : à mesure que la forme s’est imposée, le paradoxe de son nom s’est banalisé, et sa diversité s’est confirmée. Pourtant, le vers libre a émergé en opposition et en référence au vers traditionnel. Volontairement ou non, entre échos et évitements, les poètes laissent ressurgir dans cette forme libérée des règles anciennes des éléments de régularité métrique, une langue et des rythmes gardant mémoire du vers traditionnel. Et les vers libres s’écrivent aussi en gardant mémoire d’eux-mêmes, avec des effets de standardisation. La connaissance précise de tels traits récurrents serait cruciale pour l’interprétation des textes poétiques, où la forme et la construction du sens sont étroitement mêlées. Je propose donc de réexaminer la charge normative associée au mot vers, d’une part en recherchant des constantes structurelles pouvant fonctionner, dans l’horizon d’attente du lecteur, sinon comme des lois collectives régissant la composition du vers libre, du moins comme des règles du jeu dans l’horizon d’attente du lecteur, d’autre part en distinguant plusieurs canons possibles pour le vers libre. Utilisant un corpus de textes numérisés mis à disposition par le laboratoire ATILF-CNRS de Nancy, j’extrairai et analyserai des données méta-textuelles et linguistiques, qui rejoindront la plateforme KNORA du DHLab, en collaboration avec le Prof. Rosenthaler : elles seront ainsi accessibles à la communauté scientifique. Et l’ensemble du projet sera mené au sein de l’équipe du poéticien Hugues Marchal, car c’est en croisant mon analyse statistique d’un large corpus, dans une perspective interdisciplinaire, à la poétique et à l’histoire littéraire, que j’obtiendrai une vue synoptique capable d’étayer la définition du vers libre et son interprétation, tout en renouvelant les travaux existants sur le vers libre et sur les échanges entre sens et métrique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *