Introduction aux humanités numériques au Centre Marc Bloch, suite et fin

Ce billet fait suite à celui d’hier.

La journée d’aujourd’hui a été très remplie et je ne reviendrai pas en détail sur les contenu des diverses interventions, pour lequel vous pouvez consulter sur twitter le hashtag #dhcmb, et sur le site du CMB le programme de la journée. En ce qui concerne ma présentation, vous pouvez la télécharger ici (prezi).

Je voudrais plutôt souligner quelques points qui me semblent particulièrement intéressants. Tout d’abord, la question de la définition des humanités numériques, qui est toujours une pierre d’achopement. Est-ce que les questions liées aux moyens de diffusion, aux infrastructures numériques de recherche, ont vraiment à voir avec les humanités numériques? Qu’est-ce qui relie, même, les travaux sur des petites quantités de données du type de mon édition numérique avec des travaux de type « big data » brassant des quantités d’informations tellement énormes que peu importe l’éventuel bruit? Est-ce que le passage par le medium internet suffit à lui seul à définir une méthode, voire même un champ disciplinaire? Ces grandes interrogations existentielles de la communauté des humanités numériques ont d’ailleurs été formulées non pas par les intervenants mais par les novices. Aucun moyen de se voiler la face, donc…

Deuxième point: il a beaucoup été question d’intéropérabilité, et c’est la beauté de ce genre de rencontres que de ne pas la laisser rester un gros mot, mais de lui faire prendre un contour précis. Si je prends ton logiciel et que je le branche sur mon corpus, ca me permettrait d’obtenir des analyses passionnantes que je rêve de faire depuis longtemps. Par l’exemple, il a ainsi été possible de faire comprendre de manière relativement intuitive le sens de la lutte pour les standards ouverts. Inversement, je trouve qu’il a trop peu été question des métadonnées et qu’il aurait fallu être plus pédagogique sur ce sujet. Qu’est-ce qu’une métadonnée, mais aussi qu’est-ce qu’un mot-clef: autant de points cruciaux pour comprendre ne serait-ce que comment fonctionnent les analyses quantitatives.

Et le franco-allemand dans tout ca? Oui, bien sûr, il y a les projets où l’Allemagne et la France se rejoignent thématiquement, mais ce n’est pas tellement ca qui importe en l’occurrence. Ni d’ailleurs un rapprochement dans le mode de fonctionnement de l’infrastructure, qui semble dans l’immédiat impossible. Non, ce que les humanités numériques ont de franco-allemand, c’est, pour moi, après ces deux jours, un élan vraiment commun, dont il reste à espérer qu’il ne restera pas lettre morte.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *