Centres et périphéries (DH Berlin)

C’est un cliché connu: la France, jacobine, centralise; l’Allemagne, fédérale, délègue. Les décisions et les budgets sont structurés différemment. Il n’y a pas un centre et sa périphérie, mais des centres et leurs périphéries, qui souvent frayent avec champs et vaches. Et Berlin? La relation d’amour-haine des Allemands pour leur capitale est difficile à faire  saisir aux Francais, tant elle n’a rien à voir avec celle qui les relie à Paris.

Berlin a tout en double -théâtres, opéras, bibliothèques -, attire les jeunes plus que les investisseurs, et aura besoin de plusieurs années supplémentaires pour se doter d’un gros aéroport international. C’est une ville n’en finit pas de monter et de ne pas arriver en haut, un centre excentré, un mammouth dégraissé qui vit au rythme des coupes budgétaires. Du moins est-ce ainsi que je ressens la ville où je vis maintenant depuis plus de 10 ans.

Cette sensation d’être assis sur une fusée prête à démarrer, mais pour laquelle personne n’a  vraiment assez de caburant, a une contrepartie positive: une solidarité considérable. Cela ne fait pas partie des moeurs locales de tirer la couverture à soi, mais plutôt que chacun essaye de faire en sorte que la couverture soit le plus grande possible pour couvrir le plus de surface et d’institutions possible. Il en va peut-être différemment à d’autres niveaux décisionnels que ceux où j’évolue. Mais le fait est qu’à mon niveau, les gens sont prêts à déployer une énergie considérable pour travailler ensemble de manière constructive.

Cette attitude, que j’ai rencontrée dès mes premières années à Berlin, s’est trouvée décuplée à mesure que la masse de mes partenaires de travail est devenue majoritairement rattachée au mondes des humanités numériques. Cela tient très certainement à la nature même des humanités numériques, qui par définition rapprochent des disciplines qui, sinon, peuvent fort bien vivre en s’ignorant. Cela tient aussi à cette situation berlinoise, dans laquelle aucune institution n’est en mesure de tout prendre en charge, mais où les contributions de chaque institution, mises ensemble, peuvent permettre de constituer quelque chose de visible et cohérent, chacun apportant sa pierre à l’édifice.

S’ajoutent à cela tous les problèmes bien connus des humanistes numériques: devoir constater que chaque nouveau projet qui se monte doit, d’une manière ou d’une autre, repasser dans les traces du précédent, poser les mêmes questions aux mêmes personnes, achopper aux mêmes difficultés techniques ou institutionnelles, pour constater que la roue a déjà été réinventée trois fois; manquer de solutions viables sur des questions comme l’archivage à long terme ou l’interopérabilité des données.

Que faire de tout cela? Un groupe de réflexion et de proposition s’est constitué, composé de post-docs (utilisons cette catégorie pour aller vite) issus de l’Université Humboldt, de l’Université Libre, de la Bibliothèque d’État, du Patrimoine Culturel Prussien, de l’Institut Max Planck d’Histoire des Sciences, de l’Institut Archéologique Allemand et du Centre Marc Bloch (ainsi que de quelques personnes ayant des liens étroits avec l’Académie des Sciences). DH-Berlin existait précédemment sous la forme d’une soirée mensuelle commune passée dans un bar-restaurant et a maintenant des activités un peu plus formalisées et régulières. L’idée de départ est d’offrir aux projets DH qui se montent à Berlin (et en périphérie…) un contact, lui-même relié à un réseau d’expertise. Parallèlement à ce travail de structuration de la recherche en humanités numériques (dans ses rapports aux institutions comme les bibliothèques, archives et musées, qui jouent un rôle important dans la configuration berlinoise), il s’agit de réfléchir à des recommandations de bonnes pratiques sur les points infrastructurels et méthodologiques partagés par l’ensemble des humanistes numériques, qu’ils viennent du monde du texte ou du monde de l’objet.

Il y aura rapidement une page web de présentation du projet (dont j’indiquerai les coordonnées sur ce blog). Nous sommes en attente de réponse concernant une demande de financement déposée à la fondation Einstein, mais avons d’ores et déjà le soutien financier de l’INRIA et du Centre Marc Bloch pour l’organisation d’un premier workshop fin juin, consacré aux questions des « Centres de compétence en humanités numériques en Allemagne » (comment ils sont nés, quelles sont leurs missions, comment ils fonctionnent localement et moins localement). Les humanités numériques berlinoises sont décidément francophiles – espérons que les liens avec les humanités numériques francaises sauront se tisser solidement!

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *